Equipe de campagne : Hamon joue définitivement le congrès

montebourg-valls-hamonBenoît Hamon vient d’annoncer la composition de son équipe de campagne. Et une fois encore il refuse de trancher et préfère rester dans cet entre-deux qui prétend faire du neuf avec de l’ancien. Aucune famille du PS n’est écartée : une touche de Hollande par ci, un zeste de Valls par là, et surtout Jean-Marc Germain nommé co-directeur de campagne comme pierre angulaire de la recomposition à venir du PS. Bref tout ce qu’il faut pour que sa campagne présidentielle soit avant tout une rampe de lancement pour conquérir le parti. Lire la suite

Valls ? Fait ! Au suivant !

Sarkozy ? Fait ! Juppé ? Fait ! Hollande ? Fait ! Valls ? Fait aussi ! Que ce soit dans la lumière médiatique de la primaire de droite ou dans le crépuscule blafard du PS, tous ceux que le système avait érigés en porte-étendard passent l’un après l’autre à la moulinette. Et le mouvement n’est pas fini :  Fillon va suivre, et Macron après lui. Voilà bien la seule leçon qu’il faille tirer de la primaire du PS et de la semaine écoulée.   Lire la suite

Quand le PS abuse ses électeurs et les transforme malgré eux en complices

urrneOn savait que les primaires en tant que processus relevaient d’une forme de supercherie. La mascarade autour des chiffres de participation à la primaire du PS ce dimanche va plus loin : elle manipule les électrices et les électeurs en rompant le lien entre l’individu et le citoyen, une personne ne valant plus une voix. La participation à la primaire du PS en devient un exercice à haut-risque. Lire la suite

Participation à la primaire du PS : quand les prophéties ne sont plus auto-réalisatrices, la primaire est destructrice

indexIls sont « entre 1,5 et 2 millions » à s’être déplacés ce dimanche pour participer à la primaire organisée par le PS. C’est semble-t-il bien suffisant pour que tout ce que la rue de Solférino compte comme pontes se félicite en cadence du succès, du moins du non-échec, de la primaire. Mais l’autosatisfaction solférinienne ne saurait masquer que même les prophéties qui se voulaient auto-réalisatrices en termes de participation n’ont pu se vérifier dans les urnes malgré les revues à la baisse successives. Au PS, c’est comme un compte à rebours avant implosion : 3 millions, 2 millions et demi, 2 millions, 1,5 million…BOUM ! Lire la suite

La fabrique de l’actualité

francois-lo-presti-afpSi l’actualité ne fait pas l’information, force est de constater que les médias font l’actualité. Mais pas l’information. La couverture médiatique de ce dimanche politique en apporte une illustration éclatante. Revue de presse. Lire la suite

Macron, eaux troubles et pieds secs

JDD« Qu’est-ce donc que la politique pour une certaine presse ? On croirait à la lire, qu’il n’est de politique qu’électorale, arène où rivalisent les personnes et les clans pour la conquête du pouvoir […]. Une vue aussi superficielle des choses montre que le devoir des socialistes est d’expliquer et d’expliquer sans cesse aux Français que rien de ce qui les concerne n’échappe à la politique, qu’il n’existe pas de domaine réservé où la politique céderait le pas à la technique. Lire la suite

Métropoles, fin des départements : Macron rejoint Valls et Fillon pour démembrer la France   

macronIl y a ceux qui ont la paternité de la réforme territoriale. Et puis il y a ses petits. Là où Fillon puis Valls ont théorisé et mis en oeuvre l’explosion du cadre institutionnel en substituant le principe de concurrence et de guerre économique à l’indivisibilité du peuple, Macron s’engouffre dans la brèche pour poursuivre le travail libéral d’atomisation engagé par les siens. Son discours de la porte de Versailles n’a en la matière rien à envier à ceux de ses aînés. Lire la suite

Petit manuel de campagne à la primaire du PS

montebourg-valls-hamonLe casting en faisait déjà la resucée d’un congrès du PS. Voilà désormais que l’allant partagé par les comédiens pour l’art de la synthèse transforme la primaire en campagne des récolements. Manuel Valls est candidat pour « réconcilier » et « rassembler ». Arnaud Montebourg plaide pour  « se conjuguer » et « se concilier ». Quant à Benoît Hamon, sa participation permet selon lui de « légitimer » le résultat de la primaire. Foin des disputes politiques, la compétition électorale au PS réconciliera bien tous ceux-là par-delà leurs programmes. Lire la suite

Montebourg : de l’union des gauches à la fusion des gauches

valls-montebourgLe 30 octobre, dans le JDD, Arnaud Montebourg annonçait vouloir « réaliser l’union des gauches », proposant alors que Manuel Valls le rejoigne dans la primaire socialiste. Il  confirmait alors qu’il « accepterait le résultat de la primaire », et donc de se ranger le cas échéant derrière, à l’époque, François Hollande ou Manuel Valls. De François Hollande, il n’est plus question. Mais le renoncement de ce dernier libère le projet d’Arnaud Montebourg : dès le lendemain, au micro de France-Inter, celui-ci s’attelait en effet à faire glisser son projet « d’union des gauches » vers la fusion.   Lire la suite

Le PCF de Charybde en Scylla

montebourg-4-veritesAprès que Scylla Dartigolles a ce lundi fait retentir le cri de l’appel montebourgeois indiquant la disponibilité du PCF pour attendre février et la fin de la primaire socialiste pour décider réellement du choix de son parti, Charybde Montebourg affiche dès le dimanche, dans une interview au JDD, sa volonté d’engloutir le PCF qui se serait aventureusement risqué dans la passe. Lire la suite