La fabrique de l’actualité

francois-lo-presti-afpSi l’actualité ne fait pas l’information, force est de constater que les médias font l’actualité. Mais pas l’information. La couverture médiatique de ce dimanche politique en apporte une illustration éclatante. Revue de presse. Lire la suite

Macron, eaux troubles et pieds secs

JDD« Qu’est-ce donc que la politique pour une certaine presse ? On croirait à la lire, qu’il n’est de politique qu’électorale, arène où rivalisent les personnes et les clans pour la conquête du pouvoir […]. Une vue aussi superficielle des choses montre que le devoir des socialistes est d’expliquer et d’expliquer sans cesse aux Français que rien de ce qui les concerne n’échappe à la politique, qu’il n’existe pas de domaine réservé où la politique céderait le pas à la technique. Lire la suite

Métropoles, fin des départements : Macron rejoint Valls et Fillon pour démembrer la France   

macronIl y a ceux qui ont la paternité de la réforme territoriale. Et puis il y a ses petits. Là où Fillon puis Valls ont théorisé et mis en oeuvre l’explosion du cadre institutionnel en substituant le principe de concurrence et de guerre économique à l’indivisibilité du peuple, Macron s’engouffre dans la brèche pour poursuivre le travail libéral d’atomisation engagé par les siens. Son discours de la porte de Versailles n’a en la matière rien à envier à ceux de ses aînés. Lire la suite

Petit manuel de campagne à la primaire du PS

montebourg-valls-hamonLe casting en faisait déjà la resucée d’un congrès du PS. Voilà désormais que l’allant partagé par les comédiens pour l’art de la synthèse transforme la primaire en campagne des récolements. Manuel Valls est candidat pour « réconcilier » et « rassembler ». Arnaud Montebourg plaide pour  « se conjuguer » et « se concilier ». Quant à Benoît Hamon, sa participation permet selon lui de « légitimer » le résultat de la primaire. Foin des disputes politiques, la compétition électorale au PS réconciliera bien tous ceux-là par-delà leurs programmes. Lire la suite

Montebourg : de l’union des gauches à la fusion des gauches

valls-montebourgLe 30 octobre, dans le JDD, Arnaud Montebourg annonçait vouloir « réaliser l’union des gauches », proposant alors que Manuel Valls le rejoigne dans la primaire socialiste. Il  confirmait alors qu’il « accepterait le résultat de la primaire », et donc de se ranger le cas échéant derrière, à l’époque, François Hollande ou Manuel Valls. De François Hollande, il n’est plus question. Mais le renoncement de ce dernier libère le projet d’Arnaud Montebourg : dès le lendemain, au micro de France-Inter, celui-ci s’attelait en effet à faire glisser son projet « d’union des gauches » vers la fusion.   Lire la suite

Le PCF de Charybde en Scylla

montebourg-4-veritesAprès que Scylla Dartigolles a ce lundi fait retentir le cri de l’appel montebourgeois indiquant la disponibilité du PCF pour attendre février et la fin de la primaire socialiste pour décider réellement du choix de son parti, Charybde Montebourg affiche dès le dimanche, dans une interview au JDD, sa volonté d’engloutir le PCF qui se serait aventureusement risqué dans la passe. Lire la suite

Les frondeurs achetés par la primaire

frondeursIls étaient 56 le 12 mai dernier à se dire prêts à signer une motion de censure « de gauche ». Moins de deux mois plus tard, ils n’étaient pas plus nombreux le 6 juillet sur le coup de 15h. Il faut dire que la primaire de « La belle alliance populaire » (BAP) désormais annoncée pour la fin janvier est passée par là. Car pour avoir le droit de prendre un instant la lumière sur le podium de la BAP, il faut commencer par déposer un brevet de recevabilité hollandaise. Le non-dépôt d’une motion de censure était le sésame demandé… et accepté par les-dits « frondeurs ». Lire la suite

Institutionnalisation de la violence institutionnelle

Editorial de La Lettre électronique de La Gauche par l’Exemple du 6 juillet 2016

49-3, ordonnances, lois fourre-tout…la violence institutionnelle est désormais érigée par le gouvernement Valls en norme a-démocratique. Lire la suite

Manifestation autorisée, Valls interdit

Les coups de menton de Manuel Valls n’impressionnent plus personne : le 1er Ministre a dû céder et autoriser la manifestation parisienne du 23 juin. Non qu’il ait mis de l’eau dans son vin. Mais lâché de toutes parts ce mercredi, il savait qu’en s’arc-boutant, il ne passerait pas la nuit à Matignon. Pour autant, au regard des dégâts qu’il vient d’infliger au pacte républicain, cette autorisation ne vaut pas solde de tout compte. Valls doit partir. Lire la suite

Leur primaire et les autres

CambadélisJean-Christophe Cambadélis les a essorés. Tous. En faisant adopter par le conseil national du PS réuni le 18 juin l’organisation d’une primaire dans le cadre de « La belle alliance populaire », le premier secrétaire du PS a réglé en un tour de main la dissidence supposée des frondeurs, fait taire les atermoiements de Montebourg, isolé le PCF et achevé EELV. Pour avoir mis le doigt dans la primaire, les voilà tous renvoyés au rang d’idiots utiles du  PS. Lire la suite