Quand M. Macron recycle le système

xvma732a7c4-a019-11e5-a950-99f8533f98fa-300x200M.Macron se vantait d’avoir un projet mais pas de programme. Et maintenant que ce dernier va être élaboré, ça promet : M. Macron vient en effet d’annoncer ce mercredi 11 janvier qu’il en confiait la responsabilité à … Jean Pisani-Ferry, le pousse-au-crime ultra libéral des gouvernements Hollande. Loin des apparences de modernité, M. Macron recycle le système en cooptant ceux qui le font tourner. Lire la suite

La souveraineté spectacle de Mme Le Pen

mlp-rmcMadame Le Pen faisait sa rentrée politique ce mardi 3 janvier chez Jean-Jacques Bourdin sur RMC-BFM. Excessive, hésitante, vacillante, la présidente du Front national a eu beau ânonner « souveraineté, souveraineté, souveraineté », les mots s’envolent dans le vide des propositions visant à rétablir celle-ci. Quand lesdites propositions ne sont pas un corset pour au contraire empêcher la souveraineté de s’exprimer. Lire la suite

Institutionnalisation de la violence institutionnelle

Editorial de La Lettre électronique de La Gauche par l’Exemple du 6 juillet 2016

49-3, ordonnances, lois fourre-tout…la violence institutionnelle est désormais érigée par le gouvernement Valls en norme a-démocratique. Lire la suite

Hollande met la République dans la main de l’Europe allemande

Hollande « L’unité de la République et l’Union Européenne sont liées » : la conférence de presse de François Hollande de 5 février 2015 aura donc été celle de mise sous tutelle de la République derrière l’Europe allemande. Le patronage de « la Chancelière » s’imposerait donc à la République qui n’existerait plus en soi. Ou comment François Hollande se revendique comme un garant de la République pour mieux la liquider. Lire la suite

Partielle du Doubs : usurpation totale

La 5ème République est un naufrage. A eux deux, les qualifiés pour le second tour de l’élection législative partielle de la 4ème circonscription du Doubs n’ont recueilli dimanche 1er février les suffrages que 23,5 % des inscrits ! C’est pourtant entre ces deux-là que les méprisés par la Caste devront choisir dimanche prochain. Ou plutôt seront comme toujours appelés à éliminer. Peu importe que cette fois ce soit le candidat PS qui soit au second tour face au FN et non l’UMP. Ce qui importe, c’est la permanence qui s’inscrit de scrutin en scrutin : pas un des candidats, pas un, n’est légitime pour exercer le mandat qui justement n’a pas été confié par le peuple. Tel est le hiatus démocratique désormais indépassable dans le cadre de la 5ème République. Lire la suite