Après Fillon, Macron fait feu à son tour sur les fonctionnaires

macron-hysteriqueM. Macron vient de rendre public son cadrage budgétaire via une interview au journal Les Echos. A dire vrai, il devait le faire mercredi 22 février mais il était alors trop occupé dans sa tambouille électorale avec François Bayrou : pour ces deux-là, le programme est de fait second. Il est d’ailleurs curieux (et symptomatique) que le cadrage budgétaire intervienne avant le programme lui-même qu’on nous promet pour début mars s’il arrive enfin. Mais un point est acquis : les fonctionnaires et le service-public constituent les cibles privilégiées du candidat Macron avec un nouveau coup de rabot de 60 milliards (Mds) d’euros de dépense publique. Dans le détail, c’est notamment -25 Mds pour l’Etat, à nouveau – 10 Mds pour les collectivités locales et la suppression de 120.000 fonctionnaires. Entre Hollande et Fillon, M. Macron est à la croisée des chemins. Lire la suite

Probité et souveraineté : la 5ème République agonisante

francois-fillon-52_5461790François Fillon va tomber. Sa chute ne saurait se résumer à celle d’un homme et en dit beaucoup plus sur nos institutions et l’effet de système qui les accompagne que le cantonnement aux appellations d’enrichissement personnel et d’abus de bien social le laisseraient supposer. C’est un fait que le défaut de probité se manifeste d’abord dans les lieux de cristallisation du pouvoir et témoigne toujours en politique d’un déni de souveraineté populaire. Plus que Fillon lui-même, c’est bien la 5ème république qu’il faut asseoir au banc des accusés. Lire la suite

Valls ? Fait ! Au suivant !

Sarkozy ? Fait ! Juppé ? Fait ! Hollande ? Fait ! Valls ? Fait aussi ! Que ce soit dans la lumière médiatique de la primaire de droite ou dans le crépuscule blafard du PS, tous ceux que le système avait érigés en porte-étendard passent l’un après l’autre à la moulinette. Et le mouvement n’est pas fini :  Fillon va suivre, et Macron après lui. Voilà bien la seule leçon qu’il faille tirer de la primaire du PS et de la semaine écoulée.   Lire la suite

Les primaires en cale sèche

indexTandis qu’Armel Le Cléac’h franchit la ligne d’arrivée du Vendée-Globe, la primaire du PS et de ses satellites se voit elle remisée en cale-sèche. Comme pour les autres primaires qui l’ont précédée ces dernières semaines, la dynamique électorale qui résulterait du processus vient de voler en éclat. C’était là le dernier argument des gardiens de l’ordre établi pour tenter de justifier de l’utilité du procédé et imposer leur champion. La prophétie se voulait auto-réalisatrice. Tout démontre désormais que non seulement l’effet attendu a disparu mais qui plus est que l’essorage préliminaire nuit à la mise en mouvement populaire. Lire la suite

Fillon et le service public : quand la logique comptable cache l’acharnement politique

Le 19 décembre, l’Institut Paul Delouvrier publiait son baromètre annuel rendant compte de la satisfaction des usagers des services publics. Où il apparaît qu’une part croissante de Français refuse que soient altérées les prestations et est prête pour cela à un effort commun et partagé. Au même moment, François Fillon et les siens s’avéraient bien en peine d’expliciter leur volonté de supprimer 500.000 emplois publics sauf à mettre à terre l’édifice républicain et social issu du Conseil National de la Résistance. De Delouvrier à Fillon, l’héritage gaulliste fait décidément le grand écart. Lire la suite

Le Monde : manipulations en Syrie contre Mélenchon

lemonde-fr« MM. Fillon et Mélenchon doivent enfin s’exprimer sur la reprise de Palmyre par Daech ». Le titre a valeur d’injonction et la note que Jean-Pierre Filiu publie le 30 décembre sur son blog Le Monde et que le journal s’empresse de relayer en Une de son site ne laisse pas de place au doute : le quotidien de l’après-midi entend terminer l’année comme il l’a commencée, par une propagande de la plus mauvaise foi à l’encontre de Jean-Luc Mélenchon, et, l’occasion faisant le larron, par une pique adressée à François Fillon maintenant que le journal a fait d’Emmanuel Macron son nouvel étendard. Mais une fois encore, à mordre le trait pour assouvir leurs desseins prosélytes, Le Monde et les donneurs de leçons qu’il entretient laissent apparaître à leur corps défendant l’impasse de la pensée unique qu’ils véhiculent. Lire la suite

Métropoles, fin des départements : Macron rejoint Valls et Fillon pour démembrer la France   

macronIl y a ceux qui ont la paternité de la réforme territoriale. Et puis il y a ses petits. Là où Fillon puis Valls ont théorisé et mis en oeuvre l’explosion du cadre institutionnel en substituant le principe de concurrence et de guerre économique à l’indivisibilité du peuple, Macron s’engouffre dans la brèche pour poursuivre le travail libéral d’atomisation engagé par les siens. Son discours de la porte de Versailles n’a en la matière rien à envier à ceux de ses aînés. Lire la suite

Cazeneuve à Matignon : la provocation faite au camp laïque

couverture-laiciteComme une ultime provocation adressée par François Hollande au camp laïque, Bernard Cazeneuve vient d’être nommé à Matignon ce mardi 6 décembre, date anniversaire de l’adoption par le Sénat de la loi de séparation des églises et de l’Etat, ultime étape parlementaire avant sa promulgation le 9 décembre 1905. Celui qui était jusque là ministre de l’intérieur et qui avait donc à ce titre en charge le ministère des Cultes s’est en effet ces derniers mois tristement illustré en matière de laïcité. A l’heure où derrière François Fillon la droite réactionnaire refait la jonction avec sa frange catholique la plus traditionnaliste, Bernard Cazeneuve apparaît au mieux comme une porte-tambour qui laissera le religieux réinvestir l’espace de constitution des libertés.    Lire la suite

Et pendant ce temps-là, Fillon…

Il n’aura pas fallu 24h pour que retombe le souffle de l’annonce par François Hollande qu’il ne sera pas candidat à sa succession à la présidence de la République. Les déclamations hypocrites du soir vantant « le courage », « la dignité », « le respect » et même pour Manuel Valls « l’affection », ont laissé la place au chaos du matin duquel toute la baronnie du PS cherche déjà à faire émerger un ordre vallsiste. « Si ce n’est toi, c’est donc ton frère (…) C’est donc quelqu’un des tiens ». Seulement voilà : pendant ce temps-là, François Fillon sort lui les crocs. Lire la suite

Face à Fillon, le chaos ou l’insoumission

Drôle de week-end politique. François Fillon vient d’écraser la primaire de la droite. Dans le même temps, la constellation de la gauche gouvernementale s’en est donnée à cœur joie : Chaos a engendré Tartare et tous sont déjà perdus dans les abîmes du hollandisme.  Jean-Luc Mélenchon et la France Insoumise s’installent à l’inverse heureusement comme le pôle de stabilité dynamique comme en atteste le vote des militants communistes. Face à Fillon, il faudra choisir entre le chaos ou l’insoumission. Lire la suite