L’école payante, ethnique et dérogatoire de Mme Le Pen

le-pen-ecoleMarine Le Pen a décidé de lancer l’assaut contre l’école de la République : à l’enseignement public gratuit, laïque et obligatoire, elle entend substituer une école payante, ethnique et dérogatoire. Après les déclarations de sa patronne la veille, Florian Philippot parlant de la scolarisation le confirmait ce 9 janvier sur France-Inter au nom de la « préférence nationale » : « Pour les étrangers en situation légale, on demandera un délai de carence […] Pendant ce délai de carence, il y aura une petite cotisation ».  Où quand la discrimination fait office de nouveau droit. Lire la suite

Le FN adore l’école privée

FN école« Nous nous félicitons du rétablissement des aides sociales aux élèves du privé. Le groupe des Patriotes salue la fin de cette injustice. »Voilà comment le groupe FN à la région Île-de-France a salué l’octroi d’aides facultatives à l’enseignement privé remis en vigueur cette semaine par Valérie Pécresse. Il faut dire qu’en matière de prosélytisme du privé dans l’éducation, le FN n’a jamais fait dans la demi-mesure. Lire la suite

Et vous Madame Vallaud-Belkacem, quelle est la finalité de votre action ?

Demain 26 janvier, les enseignants seront doublement mobilisés. En tant que fonctionnaires bien sûr, ils appelleront à raviver le service public pour que ne soit pas abandonnée la primauté de l’intérêt général dans notre modèle d’organisation sociale. Plus spécifiquement aussi en tant que dépositaires et relais d’une part du savoir universel. De ce point de vue, ils ont raison de maintenir une ligne de front face à la réforme du collège qui subrepticement change la finalité même de l’Ecole : les enseignant-e-s qui sont tenus de participer aux stages de prosélytisme pour la réforme mis en place par la ministre découvrent en effet que : « Le socle commun […] définit les finalités de la scolarité obligatoire ». Où comment Najat Vallaud-Belkacem signe par décret la mise à mort de l’ambition d’émancipation individuelle et collective pour tous les enfants de la République. Lire la suite

Le classement 2014 des lycées des ministres

Comme tous les ans, c’est la foire au classement des lycées. Et depuis quelques années, l’Education Nationale elle-même se livre à cette tartufferie. Alors tant qu’à être dans le grotesque, examinons cette année le classement des lycées de nos ministres. Ô surprise ! La valeur négative attribuée en correction à la plupart d’entre eux nous pousserait presque à croire que l’action gouvernementale des intéressés a été intégrée dans les paramètres. Le détail ici. Lire la suite

Réserve citoyenne : Najat Vallaud Belkacem en rythme et en cadence

La réforme des rythmes scolaires et la mise en place des activités périscolaires n’en finissent plus de désagréger le sens commun républicain. Lundi 9 février, la ministre Najat Vallaud-Belkacem lançait ainsi la réserve citoyenne de l’éducation nationale. Or si les intervenants issus de celle-ci sont amenés à s’exprimer sous la forme d’interventions dans le cadre scolaire sous la responsabilité d’un-e enseignant-e, ils ont également vocation à se déployer de manière autonome dans le cadre des activités périscolaires. Dans ce second cas, non seulement l’Education nationale externalise l’adhésion aux valeurs républicaines, mais elle expose les enfants aux interprétations des intervenants sans qu’un-e enseignant-e puisse assurer la mise à distance de ce qui potentiellement peut relever d’une opinion. Lire la suite

Quand le gouvernement ferme les yeux sur les déserts d’école publique

 L'Ecole du peupleFin novembre, le Collectif pour la promotion de l’école publique dans les Mauges, dans le Maine et Loire, lançait une pétition nationale salvatrice (ici). Terre éducative abandonnée par la puissance publique à l’enseignement privé, les Mauges vont enfin accueillir à la rentrée 2015 un lycée public, premier du genre sur ce territoire. Mais de collège public, toujours pas. Et donc toujours pas de continuité éducative. Le droit à l’éducation et la laïcité restent bien l’angle mort de ceux qui, en 2012, ont affirmé leur priorité à l’éducation et se font aujourd’hui les chantres de l’immobilisme dévastateur et conservateur. Lire la suite

Le bilan désastreux du FN pour l’Ecole

impasse pour l'éducationLe Front National vient de rendre public un document de propagande vantant le bilan des communes qu’il dirige. Celui-ci a vocation à être remis aux militants lors du Congrès de Lyon mais a déjà été transmis à la presse et figure désormais sur le site du parti frontiste (ici). Les politiques éducatives pratiquées dans les 11 villes FN y sont soigneusement évitées. Et pour cause ! C’est au peuple de payer la facture. La preuve. Lire la suite

Hollande valide le rejet du scolaire dans le périscolaire

L’intervention télévisée de François Hollande ronronnait. Singeant pour la énième fois une annonce nouvelle, le chef de l’État ressortait son « grand plan pour le numérique à l’école ». Sauf que, l’air de ne pas y toucher, François Hollande en profitait pour conforter un retournement décisif : l’éducation n’est plus nationale. Le Président déclarait ainsi : « Dès l’année 2015, pour la rentrée 2015-2016, déjà on va faire que dans les rythmes scolaires, on puisse apprendre ce que c’est que le codage, c’est-à-dire l’informatique, le numérique… sans qu’il n’y ait besoin d’un ordinateur ». Autrement dit Hollande rejette des savoirs qui devraient être proposés à tous dans les activités périscolaires qui elles varient au gré des collectivités et ne sont pas placées sous l’égide de l’éducation nationale. Ce n’est plus de la porosité entre temps scolaire et temps périscolaire, c’est du transfert ! Avec Hollande, l’inégalité devant l’éducation, c’est maintenant. Lire la suite

Aux parents d’élèves de payer la facture de l’austérité

Sapin2,71 milliards d’euros de baisse des dotations de l’Etat aux communes, telle est l’annonce du ministre Sapin.

Comment ne pas penser que cela aura un impact direct sur les écoles primaires de notre pays ? En alliant territorialisation et austérité, le gouvernement se fait le fossoyeur de l’école publique. Lire la suite

Loi d’orientation Peillon : il y a ceux qui baissent les armes et les autres

PeillonLa loi d’orientation scolaire poursuit ses pérégrinations parlementaires. Après avoir été votée en première lecture au Sénat vendredi 24 mai, elle arrive en deuxième lecture à l’Assemblée en début de semaine prochaine. L’enjeu est de taille car le texte, loin d’engager les ruptures attendues, réaffirme notamment la logique  qui prévalait sous Nicolas Sarkozy à savoir l’organisation du tri entre élèves par le biais du socle prétendument commun. La loi Peillon reste donc pour l’heure inacceptable. Lire la suite