L’école payante, ethnique et dérogatoire de Mme Le Pen

le-pen-ecoleMarine Le Pen a décidé de lancer l’assaut contre l’école de la République : à l’enseignement public gratuit, laïque et obligatoire, elle entend substituer une école payante, ethnique et dérogatoire. Après les déclarations de sa patronne la veille, Florian Philippot parlant de la scolarisation le confirmait ce 9 janvier sur France-Inter au nom de la « préférence nationale » : « Pour les étrangers en situation légale, on demandera un délai de carence […] Pendant ce délai de carence, il y aura une petite cotisation ».  Où quand la discrimination fait office de nouveau droit. Lire la suite

Madame Le Pen salit l’école de la République

le-pen-pop« Si vous venez dans notre pays, ne vous attendez pas à ce que vous soyez pris en charge, à être soignés, que vos enfants soient éduqués gratuitement, maintenant c’est terminé, c’est la fin de la récréation ! » Les déclarations de madame Le Pen ce 8 décembre alors qu’elle était invitée par l’institut de sondage BVA pour un de ses petits-déjeuners « POP 2017 » méritent qu’on s’y arrête tant elles vont au-delà de la simple et malveillante « préférence nationale » portée par la candidate du FN et qu’elles remettent en cause les fondements mêmes de l’école publique et républicaine. Lire la suite

Najat Vallaud-Belkacem, chantre de la « compétition scolaire »

Je ne suis pas intervenu sur la réforme du collège. Non qu’elle ne soit pas hautement destructurante et par bien des aspects absurde et dangereuse. Mais la vie militante a fait que, par cohérence de pensée et d’action, j’ai remis dans les mains de mon parti mon mandat sur les questions éducatives il y a six mois. Pourtant, l’interview de la ministre de l’éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem ce 10 mai dans le JDD, et les mots employés pour redéfinir la matrice de l’Ecole de la République, m’obligent à reprendre le clavier. Car en institutionnalisant la « compétition scolaire » comme principe d’organisation du système éducatif et comme outil pédagogique, la ministre poursuit son travail de massacre et de déconstruction de l’école républicaine pour lui substituer son contrepoint libéral. Lire la suite

La loi Carle des langues régionales

brochure_france_eclateLe projet de loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe) ne se contente pas de régionaliser la France dans le champ institutionnel, il accompagne également le développement des langues régionales et la prise en charge de leur enseignement par la collectivité. Ainsi, le texte adopté en première lecture par l’Assemblée nationale le 10 mars intègre un amendement présenté par le gouvernement qui permet le financement par la commune de résidence d’une scolarité à l’école primaire qui s’effectuerait hors du territoire de la commune afin de bénéficier d’un enseignement de langue régionale. En matière d’enseignement, l’adjonction du particulier au commun dès l’école primaire mériterait donc désormais une prise en charge financière par tous. Un pas de plus est effectué vers le consummérisme éducatif qui bénéficierait ainsi d’un statut dérogatoire à la carte scolaire. La brèche ouverte dans l’édifice républicain risque fort de vite devenir un gouffre. Lire la suite

Quand les banques sont invitées à venir endoctriner à l’école

A l’occasion de la Semaine de l’argent organisée par la Fédération des banques européennes, ce sont donc une soixantaine de classes d’élémentaire qui ont été sélectionnées pour participer à l’expérience de la Fédération bancaire française, organisme qui défend les positions des banques du pays, Voilà les banksters qui se jettent dès le plus jeune âge sur un public captif pour leur inculquer le dogme de la bien-pensance capitaliste. Les mêmes qui ont lancé une charte de la laïcité à l’école se précipitent pourtant pour livrer et nos enfants aux marchands du temple. Les banquiers dehors ! Et pensez à embarquer Najat Vallaud-Belkacem avec vous ! Lire la suite

C’est écrit : Najat Vallaud-Belkacem déconstruit la finalité de l’Ecole !

Najat Vallaud-Belkacem rend de pâles copies. Pourtant, entre les lignes, la ministre prend soin de fracasser l’Ecole de la République dans sa dimension émancipatrice. Sa dernière trouvaille : agiter le hochet de l’arrêt des notes pour réduire dans le texte la finalité de l’Ecole à l’acquisition d’un Smic éducatif : « L’acquisition par tous les élèves des connaissances, des compétences et de la culture définie dans le socle commun est la finalité principale de la scolarité obligatoire ». L’école au rabais des libéraux, individualiste et adéquationniste, est en marche et c’est Najat Vallaud-Belkacem qui la met en place. Pour la ministre et ses prédécesseurs, c’est zéro sur toute la ligne. Lire la suite

Le bilan désastreux du FN pour l’Ecole

impasse pour l'éducationLe Front National vient de rendre public un document de propagande vantant le bilan des communes qu’il dirige. Celui-ci a vocation à être remis aux militants lors du Congrès de Lyon mais a déjà été transmis à la presse et figure désormais sur le site du parti frontiste (ici). Les politiques éducatives pratiquées dans les 11 villes FN y sont soigneusement évitées. Et pour cause ! C’est au peuple de payer la facture. La preuve. Lire la suite

Fonds d’amorçage pour le périscolaire : Valls recule pour mieux sauter

Le 30 octobre, le Parlement sera saisi de l’article 55 du projet de loi de finances pour 2015. A travers celui-ci, le gouvernement Valls s’apprêtait à liquider l’essentiel du fonds d’amorçage pour la réforme des rythmes scolaires. Mais voilà, Manuel Valls peut jouer les gros bras, la saignée ne passe pas. Mardi 28 octobre, à l’occasion d’une intervention au Sénat sur la réforme territoriale, le Premier Ministre a été contraint d’annoncer que son gouvernement acceptait l’amendement du groupe CRC visant à revenir sur cette mesure. Un recul certes. Mais comme les poches des collectivités ont été au préalablement vidées, c’est reculer pour mieux sauter. Et c’est surtout avouer que réforme territoriale et rythmes scolaires participent d’un même mouvement : la territorialisation de l’éducation contre la République. Lire la suite

Hamon territorialise l’Ecole de la République

Hamon PeillonAvec le décret sur les rythmes scolaires de Vincent Peillon, on croyait avoir tout vu en matière de dislocation façon puzzle de l’Ecole de la République. Mais voilà que dans un entretien au journal Le Monde daté du 26 avril, le nouveau ministre de l’Education nationale Benoît Hamon relève le gant en décidant « d’assouplir [le décret sur les rythmes scolaires] pour s’adapter aux expérimentations ». Lire la suite

Carvounas engage la privatisation de l’école publique

CarvounasIl en fallait un pour s’engouffrer dans la brèche de la privatisation du temps périscolaire ouverte à l’occasion de la réforme des rythmes. Et le grand vainqueur est…Luc Carvounas ! Le sénateur-maire solférinien d’Alfortville vient d’annoncer qu’il allait sous-traiter auprès d’un prestataire ces activités périscolaires. Peillon l’avait prévu, Carvounas l’a fait ! Lire la suite