Macron, eaux troubles et pieds secs

JDD« Qu’est-ce donc que la politique pour une certaine presse ? On croirait à la lire, qu’il n’est de politique qu’électorale, arène où rivalisent les personnes et les clans pour la conquête du pouvoir […]. Une vue aussi superficielle des choses montre que le devoir des socialistes est d’expliquer et d’expliquer sans cesse aux Français que rien de ce qui les concerne n’échappe à la politique, qu’il n’existe pas de domaine réservé où la politique céderait le pas à la technique.

Le ministre de l’Economie et des Finances, qui arrête le montant des dépenses publiques, qui détermine la charge globale de la pression fiscale et la répartit entre les contribuables, qui propose – j’allais écrire impose – les masses budgétaires, qui règle le volume du crédit, qui décide des investissements et des équipements collectifs, qui oriente les voies de la croissance et qui serre ou desserre les freins de l’inflation, joue un rôle décisif dans la vie de chaque individu, de chaque ménage, de chaque groupe socio-professionnel, et, par là, dans la vie du pays – et ce rôle est totalement, exclusivement politique. Ce ministre, s’il possède au surplus la durée, est après le président de la République le véritable maître des choix qui engagent l’œuvre du gouvernement, sa réussite ou son échec.

Il n’y a pas eu une politique économique de Jacques Chaban-Delmas. Dans la structure d’Etat capitaliste, la décision s’élabore indifféremment hors ou au-dedans du ministère des Finances, mais l’exécution passe toujours par la rue de Rivoli. Il faut donc qu’y loge l’homme de confiance d’une politique. C’est pourquoi j’apprécie la qualité du spectacle offert par Giscard d’Estaing, politique entre les politiques, responsable entre les responsables, quand je le vois afficher les mines d’un ministre qui ne serait que technicien et réussir à convaincre l’opinion – les sondages le prouvent – qu’éloigné des eaux troubles où d’autres ont plongé, il garde le pied sec.»

François Mitterrand, samedi 22 juillet 1972, La paille et le grain, Flammarion

Remplacez maintenant socialistes par Insoumis, Jacques Chaban-Delmas par Manuel Valls, le siège du ministère de l’économie et des finances qui a depuis migré de la rue de Rivoli vers Bercy, et enfin Giscard d’Estaing par Macron, et le texte rédigé il y a 45 ans par François Mitterrand prendra soudain une étonnante actualité.

Pour mémoire, en 1972, Jacques Chaban-Delmas, alors Premier ministre de Georges Pompidou, est contraint à la démission le 5 juillet suite à l’affaire de son avoir fiscal. Valéry Giscard d’Estaing avait pendant ce temps été ministre de l’Economie et des Finances depuis 1969 et tout le long du quinquennat avant de se lancer dans la course à l’Elysée.

Emmanuel Macron quant à lui fut ministre de l’économie, de l’Industrie et des Finances du 26 août 2014 au 30 août 2016 (2 ans et 4 jours) et avant secrétaire général adjoint de la Présidence de la République française, chef du pôle « économie et finances » du 15 mai 2012 au 15 juillet 2014 (2 ans et 2 mois). Le 6 avril 2016, il créait son mouvement et se lançait à la conquête de l’Elysée.

Là où une certaine presse voudrait voir un parallèle entre Macron et Chaban ou Macron, le mimétisme dans l’action est sans doute plus à chercher du côté de Giscard. Même affichage d’une rénovation politique de devanture pour échapper à la transformation en profondeur des institutions, même soustraction à ses responsabilités gouvernementales passées, même illusion du changement des pratiques politiciennes pour mieux administrer les trahisons d’ancien régime, même soumission aux banques et aux forces de l’argent.

Cette fois ne perdons pas de temps. « Au revoir… »

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s