Face à Fillon, le chaos ou l’insoumission

Drôle de week-end politique. François Fillon vient d’écraser la primaire de la droite. Dans le même temps, la constellation de la gauche gouvernementale s’en est donnée à cœur joie : Chaos a engendré Tartare et tous sont déjà perdus dans les abîmes du hollandisme.  Jean-Luc Mélenchon et la France Insoumise s’installent à l’inverse heureusement comme le pôle de stabilité dynamique comme en atteste le vote des militants communistes. Face à Fillon, il faudra choisir entre le chaos ou l’insoumission.

Le vaudeville est désormais sans limite au PS. François Hollande n’est pas encore candidat que son Premier ministre en exercice s’apprête à se déclarer, tandis que celles et ceux qui veulent couper la route de ce dernier se réunissaient ce week-end…pour au final lui servir de marchepied. Tout un programme ! Pour celles et ceux qui n’auraient pas suivi les tribulations de fin de semaine des pieds nickelés, reprenons : Manuel Valls voudrait bien couper la route du Président qui l’a installé à Matignon. Point d’orgue de cette affirmation, son interview au JDD ce jour dans laquelle il confirme « se préparer au face-à-face. Je m’y prépare, je suis prêt ». Le terrain avait pour cela été balisé par…Claude Bartolone, l’ancien fidèle de François Hollande. La veille, il avait rapatrié son nouveau protégé dans la primaire du PS pour faire la nique à son ancien maître : « Je préférerais qu’ils participent tous les deux à la primaire, plutôt que l’un puisse se dire : Voilà je suis éliminé sur le tapis vert, donc je m’éloigne de la campagne, je m’éloigne des socialistes, je m’éloigne de l’action gouvernementale.” » . Il aura donc suffi de quelques mots malheureux de l’un dans un grotesque livre confessions pour que l’allégeance de Bartolone se pose désormais sur l’autre. C’est que la compatibilité des deux est affaire d’évidence : « S’ils se sentent porteurs tous les deux d’un projet pour la France, s’ils sentent qu’ils ont des choses à dire aux Français, autant qu’ils aillent à la primaire, et que l’on puisse les voir se rassembler au second tour de cette primaire ». La droite n’a décidément pas l’apanage des Janus.

Sauf que la manœuvre a fait des dégâts collatéraux. Claude Bartolone s’est en effet servi pour faire sa sortie de l’initiative de Martine Aubry qui visait quant à elle à rassembler le camp des anti-Valls pour rabattre au sein du vieux PS. En moins de temps qu’il en faut pour le dire, la maire de Lille s’est une fois encore retrouvée Gros-Jean comme devant. Et ceux qui avaient prêté le flanc à ses côtés avec. Comme Olivier Dartigolles, le porte-parole du PCF, qui pendant que les militants de son parti votaient en faveur du soutien à la candidature Mélenchon, humait lui l’air de Bondy aux côtés des frondeurs et de ceux qui n’envisagent pas même d’aller jusqu’à une telle dangereuse extrémité.

Mais ce n’est pas tout. Sur l’air de la débandade, chacun-e fuit ses responsabilités : après Montebourg, Hamon, Macron, et sans compter la tentative de Duflot, et avant donc Manuel Valls, voilà un autre ancien membre des gouvernements Hollande, Sylvia Pinel, qui entend se présenter au nom du PRG. Diantre ! Que ces gouvernements ont dû être de qualité pour qu’autant des ministres qui y ont appartenu puissent aujourd’hui prétendre à la dite fonction suprême !

A l’écart de ce chaos, Jean-Luc Mélenchon et la France Insoumise apparaissent plus que jamais comme un point d’appui stable et dynamique. Tandis que les bateleurs d’estrades médiatiques poursuivaient leur partie de snooker, la base militante du Parti communiste a en effet désavoué les cadres de son parti en se prononçant en faveur d’une candidature de Jean-Luc Mélenchon, signe du mouvement qui s’amplifie autour de sa campagne et de la France Insoumise. Ainsi, là où de Bondy à Solférino on ânonne « rassemblement » sans pouvoir en préciser les contours sauf à faire disparaître la politique derrière les politiciens, les gens continuent eux à s’agréger, individuellement ou par grappes, pour mieux se fédérer pour un Avenir en commun.

La mise en situation d’une droite fidèle à ses fondamentaux au sortir de ce week-end burlesque fait apparaître avec plus d’acuité que jamais qu’entre le chaos ou l’insoumission, il n’y a pour 2017 qu’une alternative qui vaille. Sauf à ce que le burlesque devienne tragique.

5 commentaires sur “Face à Fillon, le chaos ou l’insoumission

  1. BRETON Daniel dit :

    Bien dit ! bonne analyse .

  2. Lunesoleil dit :

    On aura tout vu dans ce gouvernement Hollande, c’est devenu tellement hilarant 🎅
    Avec Melenchon il y a cette vidéo qui fait beaucoup de bruit et reproduite en XXL exemplaires

    Trop fort Jean luc Melenchon face à Daniel Cohn Bendit

  3. voter pour le moins pire conduit inexorablement au pire

    La droite extrême vient de se donner son nouveau soldat, celui de l’ apocalypse Fillon.
    Apprêtons-nous, si ce matamore venait malheureusement à être  élu (Président), à vivre des moments douloureux. Surfant sur un quinquennat hollandais qui s’est résumée à n’être que la tête de pont d’un libéralisme à tous crins, la droite n’attendait que l’occasion pour s’en donner à cœur joie et s’est naturellement donné le candidat le plus à même d’achever le travail, déjà grandement commencé par les socialistes. : casser définitivement ce qui reste de la protection sociale, détruire définitivement l’école publique, finir de massacrer le droit du trail, enterrer tout ce qui reste de la démocratie sociale et de la démocratie tout court. Voilà ce qu’il en est lorsque l’on singe les manières de l’adversaire. La droite se sent pousser des ailes. La mobilisation des prêchi-prêcha a été forte, autant que celle qui avait prévalu lors des manifestations contre le mariage pour tous. Ce sont les mêmes qui sont allés voter. Tout le banc et l’arrière banc des béni-oui-oui se sont déplacés comme dans une sorte de procession destinée à éradiquer tout ce qui pourrait leur paraître, de près ou de loin, comme des hérétiques de la  pensée unique. Ils n’ont qu’un seul dieu, la religion et l’argent. C’est une sorte de saint Barthélemy moraliste à laquelle nous avons assisté ce week-end. Toutes les rancœurs et frustrations issues du Front populaire, des lois sociales de 45 et de mai 68 refoulée depuis des décennies ont rejailli d’un seul coup à la face du peuple de gueux abasourdis par une telle violence. Ils pensent avoir leur revanche d’avril/mai  prochain. À nous de faire mentir l’histoire.

  4. Oui la dynamique de la France Insoumise est bien enclenchée, elle se construit avec assurance dans un désordre politique à gauche sans nom et fera face à une droite un peu piégée par ses primaires qui ont vu une frange de son électorat prendre le dessus à la faveur du suffrage censitaire que sont les primaires.
    Je voudrais profiter de ce commentaire pour signaler que la SNCF a retenu les 17, 18 et 19 mars comme date pour une fermeture total de la gare de Paris Gare de Lyon,donc donc tous les TGV ud-Est seront à l’arrêt pendant ces trois jours …et pour le 18 ars, c’est pas de chance, !
    pour en savoir plus suivre ce lien : https://blogs.mediapart.fr/mgarand/blog/291116/18-mars-2017-une-date-retenir-et-etrangement-retenue-par-la-sncf

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s