La laïcité pour la nulle : rappels à Madame Le Pen

 

ObsTribune publiée mardi 18 octobre dans Le Plus de l’Obs

Et soudain, Marine Le Pen a surgi au bout du fil. Alors que ce lundi 17 octobre l’animateur de RMC Jean-Jacques Bourdin rappelle la volonté du Front national d’interdire les signes religieux ostentatoires dans l’espace public, la candidate Le Pen dégaine son téléphone pour confirmer cette position avant d’afficher sa pseudo-laïcité à visée sélective en rhabillant la laïcité en fille aînée de l’Eglise : « la religion catholique n’a pas de signe ostentatoire et pour une raison simple, c’est peut-être parce c’est elle qui a inventé en réalité la laïcité ».

La provocation est bien sûr grossière et absurde et chacun a conscience de la manière dont la loi de 1905 a été arrachée à l’Eglise catholique qui n’a d’ailleurs depuis eu de cesse de reconquérir du terrain, comme en attestent les irruptions intempestives du Pape dans nos affaires intérieures. Chacun mesure tout autant à quel point la laïcité est le fruit d’une lente sédimentation d’insoumissions individuelles et collectives qui, du gallicanisme au déisme en passant par la philosophie des Lumières, ont permis d’ouvrir un chemin vers l’émancipation en permettant à chaque être humain de devenir maître de sa réflexion sur l’infini et de l’éventuelle perspective spirituelle qu’il y attache en étant libéré des vieilles chaînes de l’aliénation religieuse.

Ce propos ne doit donc pas nous détourner de la mesure préconisée par Madame Le Pen sur l’interdiction de signes religieux ostentatoires dans l’espace public, entendre dans la rue comme elle l’a confirmé à l’antenne: « Il est temps d’élargir la loi de 2004 pour nous permettre d’interdire au nom de la laïcité tous les signes ostentatoires dans l’espace public, ce qui permettra également de les interdire dans les entreprises ». Cette proposition, à visée grossièrement électoraliste, est autrement plus dangereuse en ce qu’elle nie en son fondement le principe de laïcité et notamment la liberté de conscience qui y est attachée.

Madame Le Pen use ainsi d’une définition fourre-tout de l’espace public et de l’espace privé. C’est au prix de cette confusion qu’a émergé au cœur de l’été le débat sur le burkini. Souvenons-nous : il était au départ question d’usage dudit habit de bain dans le cadre d’une journée privée dans un parc de loisir privé. Front National et élu-e-s en tous genres en pertes de repères s’en sont pourtant saisis pour vouloir faire interdire la manifestation. Avant que de porter la revendication d’interdiction sur les plages, espace public estival, et de servir ainsi la victimisation dont use l’islamisme pour agréger autour d’une identité non plus spirituelle mais politique.

Marine Le Pen confirme donc la manœuvre et le piège tendu par le Front national et ses porteurs de parole comme Nicolas Sarkozy. Considérer comme espace public tout ce qui est situé hors les murs est un voile jeté sur la liberté de conscience. La laïcité est au contraire le principe d’organisation sociale et politique qui assure le plus haut degré de liberté en garantissant la liberté de conscience et en refusant tout préalable religieux pour adhérer à la communauté politique des citoyens. Elle doit pour cela non pas se contenter de distinguer la sphère publique de la sphère privée mais exiger la stricte séparation entre la société civile d’une part et les sphères de l’autorité politique et de constitution des libertés de l’autre (école, services publics, protection sociale). Autrement dit, c’est la nature de l’activité qui définit l’application dans l’espace du principe de laïcité et non pas la géographie. Les signes religieux ostentatoires sont interdits à l’école non pas parce que l’école n’est pas la maison mais parce que l’école est publique, gratuite, laïque et obligatoire et qu’elle est le lieu commun de l’acquisition des savoirs et de la construction individuelle et collective de l’enfant, sujet politique en devenir.

Réfléchissons-y un instant. Si les signes religieux étaient interdit dans tout l’espace public, la possibilité de vivre sa conviction religieuse serait renvoyée aux seuls espaces non pas privés mais personnels et communautaires, autrement dit la maison et les lieux de culte. L’attachement à la foi pourtant garanti par la liberté de conscience devrait ainsi être caché. Voilà bien sûr qui contrevient à la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 qui proclame que « nul ne doit être inquiété pour ses opinions, mêmes religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi ». Les conséquences en seraient terribles, allant du repli sur soi à la fortification du lien communautaire et identitaire.

Dans sa pseudo-laïcité anti-islam, Marine Le Pen fait le jeu du courant politique qu’est l’islamisme et qui nourrit son versant djihadiste qui frappe à travers le terrorisme. La même use pourtant des mêmes ressorts identitaires pour stigmatiser nombre de nos compatriotes par des amalgames sordides entre l’islam, qui est une religion et dont la foi et la pratique relèvent de la liberté de conscience de chacun et doivent être à ce titre garanties, et l’islamisme qui sous couvert de spirituel est en réalité une forme particulière de l’islam politique dont l’irruption dans le champ temporel doit être combattue.

La place et le rôle accordés à la laïcité sont l’un des éléments structurants du débat public à l’approche des échéances électorales de 2017. Deux axes antagonistes peuvent guider la campagne et le scrutin qui s’en suivra : soit la fragmentation entre ce qui nous distingue, soit le rassemblement sur ce qui nous rassemble. La laïcité est l’ennemi du premier et le vecteur du second. Madame Le Pen est le vecteur du premier et l’ennemi du second.

François Cocqcouverture-laicite

Co-auteur avec Bernard Teper de La laïcité pour 2017 et au-delà, de l’insoumission à l’émancipation aux éditions Eric Jamet éditeur, octobre 2016

Un commentaire sur “La laïcité pour la nulle : rappels à Madame Le Pen

  1. DAGUIN Gerard dit :

    Tu es comme de très nombreux commentaires qui ont maintes et maintes fois annoncé la mort du PCF. Ses militants sont plus aguerris de tous ceux des autres parti. Et en plus nous avons de quoi avoir nos 500 signatures. Alors que JLM appelle les maires de droite à le parrainer. Quelle confiance à accorder à cette personne. En 2012, j’ai voté pour lui, cette fois-ci il n’aura pas ma voix et celle de toute ma famille (5 personnes)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s