Les insultes primaires d’Olivier Dartigolles

olivier_dartigollesIl ne faut polémiquer ni avec ce qui n’en vaut pas la peine, ni avec celles et ceux qui n’en valent pas la peine. La nouvelle sortie du porte-parole du parti communiste Olivier Dartigolles ce week-end à l’encontre de Jean-Luc Mélenchon relève des deux aspects à la fois. Il ne sert donc a priori à rien de donner de l’importance à ce qui n’en a pas. Sauf qu’en l’occurrence, la saillie du béarnais s’inscrit dans une offensive généralisée de Mélenchon-bashing orchestrée par les thuriféraires inquiets de la primaire. Celle-ci mérite donc réponse.

« Je pense vraiment que la présidentielle rend fou. C’est révélateur d’une crise de la politique que de croire qu’un sauveur, qu’un homme seul doit s’avancer face au peuple. Jean Lassalle comme Jean-Luc Mélenchon sont là-dedans. Et même si j’ai du respect pour ces deux hommes, je n’y crois pas. Ils devraient partir en pèlerinage à Lourdes puisqu’apparemment ils entendent des voix. »

Interrogé à propos de la candidature de Jean Lassalle, Olivier Dartigolles en profite donc pour, croit-il, « se payer » Jean-Luc Mélenchon. Le procédé est d’autant plus grossier que Dartigolles ajoute l’insulte («la présidentielle rend fou ») à l’attaque ce qui la disqualifie d’emblée. Il faut dire que celle-ci aurait de toute façon fait pschittt de par la grossièreté de la caricature : là où Mélenchon a proposé sa candidature et demandé le soutien populaire direct via la plateforme www.jlm2017.fr ( 87 000 citoyennes et citoyens à l’heure où j’écris ces lignes), Dartigolles réinterprète cela en « un sauveur, [qu’]un homme seul doit s’avancer face au peuple ». Passons enfin sur la métaphore du pèlerinage à Lourdes en plein week-end de Pâques, la société n’étant pour le palois sans doute pas assez empreinte de religiosité en ce moment…

Comme le disait Jacques Duclos, « dites moi à qui profite cette situation et je vous dirais qui est le coupable ». C’est sans doute à l’aune de cette réflexion qu’il faut réfléchir à l’acharnement et au sectarisme dont fait preuve Olivier Dartigolles à l’endroit de Jean-Luc Mélenchon. Car puisqu’il réaffirme son « respect » pour le candidat du Front de Gauche de 2012 (la politique n’est pas prête de se débarrasser des faux-culs…), les raisons sont donc nécessairement politiques. Où l’on doit dès lors considérer qu’Olivier Dartigolles est l’une des figures de proue et le promoteur zélé de « la primaire jusqu’au bout ».

Que Dartigolles soit le porte-drapeau convaincu du processus de la primaire, personne ne peut le lui interdire. Souvenons-nous qu’il avait pour cela le premier annoncé dès le 14 décembre 2015 lendemain des régionales, le décès du Front de Gauche. Tout juste pourrait-on s’interroger sur le fait qu’il ait porté cet étendard au nom des communistes depuis le début du mois de janvier sans que ceux-ci aient été consultés. Mais ce sont là des discussions qui ne me concernent pas et qui sont j’imagine closes à l’approche du Congrès du PCF puisque le CN du PCF du mois de mars a entériné depuis la ligne de poursuivre dans la voie de la primaire. La moindre des choses serait par contre de respecter la position argumentée de Jean-Luc Mélenchon et de toutes celles et tous ceux qui lui ont apporté leur soutien. Car celles et ceux qui cliquent sur www.jlm2017.fr ne se contentent pas de s’inscrire dans la démarche proposée par Jean-Luc Mélenchon, ils rejoignent aussi l’analyse que la primaire est un gigantesque tamis social qui vise par la fabrique de l’opinion à dévitaliser la gauche pour la contraindre à s’aligner sur le candidat préalablement désigné par le système. Ne pas reconnaître à ceux-là aussi la légitimité de leur pensée, c’est faire preuve de beaucoup de sectarisme.

En réalité, tout s’éclaire dès lors que les propos de Dartigolles sont remis en perspective. Ils interviennent le week-end même où par exemple Le lab d’Europe 1 cherche à faire le buzz quand Jean-Luc Mélenchon refuse de considérer les assassins de Bruxelles comme des « combattants ». Ils interviennent à la veille de la parution d’une édition de Libération qui fait sur cinq pages ses choux gras d’une diatribe à charge contre Mélenchon. Bref, les porte-drapeaux de la primaire paniquent. Celle-ci patine et ne reçoit pas l’onction populaire escomptée (pas même un succès militant), Cambadélis est en train de tordre le bras de tout le monde et celles et ceux qui se sont avancés imprudemment dans cette voie sont pris en étau et sentent qu’ils vont si cela va au bout devoir avaler la trompette de la candidature Hollande.

L’intervention d’Olivier Dartigolles était donc calibrée au gros plomb. Mais à dire vrai, ce n’est pour ma part pas tant cette agression contre Jean-Luc Mélenchon qui a retenu mon attention que le reste de l’interview. On y apprend en effet qu’Olivier Dartigolles n’a pas siégé ces 6 derniers mois au conseil municipal de Pau auquel il est élu ! La faute à la campagne des régionales et à « un besoin de souffler ». Pourtant plus loin, le même affirme s’être « recentré sur [ses] responsabilités nationales de porte-parole du PCF ». On a vu en effet. En tout cas les électrices et les électeurs apprécieront. Ils auront (peut-être) le loisir de le constater puisqu’Olivier Dartigolles affirme désormais vouloir « passer à une phase plus active sur la ville de Pau ». A priori, cela doit pouvoir se faire si l’on en juge par son exercice actuel du mandat. Mais que les paloises et les palois ne se réjouissent pas trop vite. C’est pour mieux « travailler à des convergences pour l’avenir de la gauche ». Décidément avec Dartigolles, le PS et la primaire ne sont jamais bien loin…

19 commentaires sur “Les insultes primaires d’Olivier Dartigolles

  1. claudecarron dit :

    On n’a jamais niveau plus bas au PCF. Les grandes figures communistes comme Ambroise CROIZAT ou Georges GUINGOIN doivent s’en retourner dans leur tombe. Entre un Pierre Laurent que se vend au plus offrant pour un strapontin et un Olivier Dartigolles qui joue les sectaires très anées 50, le PCF n’est pas sûr de s’en sortir glorifié…

  2. Jean Pietron dit :

    Terrible cette fuite en avant de la direction du PCF. Le capital à décidément réussi à brouiller les cartes au sein de ce qui reste ce ce parti (dont j’ai fait partie, pour lequel j’ai milité, parti que j’ai aimé…).
    Les primaires version « capital »..car il s’ agit d’une option systémique, devenus cheval de bataille de certains « communistes »..qui l’eût crû! …faut-il que la survie du réseau d’élus soit à ce point aiguë pour en arriver à balayer ainsi les fondamentaux communistes: « combat de classe pour une société débarrassée des classes »; lutte pour l’émancipation du salariat et notamment de la classe ouvrière au sens large »; lutte pour une société socialiste débarrassée du capitalisme…puis de l’état oppressif par nature…

    quel saccage! Faut-il rappeler à d’artillerie que cette primaire est avant tout un sacré coup de main offert au talon de fer (le capital)..factuel et indéniable, car à l’évidence ce sont les mêmes qui sont mécaniquement reconduits dans ces cas là..en l’absence de l’existence de conditions réelles d’une « révolution socialiste »(je précise « socialiste » et non citoyenne)…et dans ces cas là c’est le capital qui raffle la mise..tout ce dont il est censé combattre l’existence.

    Pour une autre forme de révolution..qui peut être le début d’autre chose par la suite…il devrait rejoindre celles et ceux qu’il semble mépriser…il agirait en communiste…mais d’autres camarades du PCF le font et c’est bien.

  3. Dominique_C dit :

    A l’heure où nombre d’urgences cruciales pour la survie de l’Humanité se révèlent aux yeux des gens doués de conscience, il est atterrant qu’un responsable politique (et encore plus: du PC !!!) se livre à une polémique aussi puérile et dépourvue de véritable sens politique.
    J’entends par « sens politique » celui qui évalue et prend en compte non les manoeuvres politiciennes, mais l’intérêt général.
    On ose à peine se rappeler qu’à l’origine, le Parti Communiste visait à lutter non contre leurs partenaires, mais contre le capitalisme et les inégalités.

  4. Rien d’étonnant, de Ia part de ce Mr….Propos pathétiques….

  5. Jean Paul MAÏS dit :

    Ni cet article ni les premiers commentaires associés ne feront progresser le Front de Gauche ! Je trouve affligeant que le débat se cantonne à un niveau aussi lamentable. Jean-Luc est de toute évidence le candidat naturel du FDG. Mais de là à squizzer les primaires, il faut bien reconnaître que son approche est tout sauf démocratique !

    • claudecarron dit :

      participer à ces primaires (pas vraiment démocratiques) commandées à la va vite pour surtout tenter de sauver le soldat Hollande qui se voyait faire deux quinquennats malgré sa politique de droite, aurait été aussi prometteur pour notre candidat, que sa précédente prestation à Hénin BEAUMONT où s’est démené tout seul (au niveau des responsables de parti qui le regardaient, amusés, de le voir se dépatouiller avec la meute de journalistes) et des résultats de son projet d’un front de gauche qui a finalement servi de paravent à des bidouilles d’arrière cuisine entre PCF et PS pour conserver des places. De ça le peuple de gauche n’en veut plus. Donc Jean-Luc a eu tout à fait raison d’écouter notre souhait de ne pas attendre un nouveau piège pour se retrouver encore une fois enferré. Son approche est démocratique, puisqu’il écoute le peuple de gauche qui veut une autre pratique politique que les arrangements d’appareils, comme ils se font depuis 40 ans avec les résultats désastreux qu’on connaît.

    • Maximilien R dit :

      Les primaires est un piège tendue par Cohen Bendit et Libération sous la tutelle du PS , qui espére sortir vainqueur de cette mascarade en y mettant les moyens financiers et médiatiques que nous n’avons pas ( même ceux de l’état ). Avec les primaires et le changement des règles du jeu (parrainage , limitation du nombre de semaines de parole dans la campagne ) j’accuse le PS de tenter de réduire au maximum la concurrence et la démocratie à sa plus simple expression.
      Ne nous laissons pas distraire et concentrons nous dès aujourd’hui sur la candidature de Jean Luc Mélenchon. Imaginez vous une seconde revivre encore 5 ans de Hollande ou de Juppé ? Avec l’aval du peuple ils n’hésiteront , alors , plus à allés plus loin dans leur acharnement dicté par Bruxelles contre les classes populaires et moyennes. Ils se diront alors , ils en redemandent !
      Tous sur le pont …le moment pré révolutionnaire que nous vivons nous est favorable . Pour notre victoire dans les urnes convainquons le plus grand nombre
      autour de nous de la justesse de notre combat.
      Hasta la victoria siempre.

  6. Maximilien R dit :

    Ce Dartigolles et son parti valent ils un article ?
    Laissons les avec leur 1,98 % de la présidentielle de 2007 .
    Un spécialiste de la gauche prédit une trentaine de député(es) pour le PS en 2017 il ne partagerons sûrement pas ce gâteau (cette tartelette) avec le PCF.
    Concentrons nous sur l’essentiel , la campagne de Jean Luc , pour lui permettre de réaliser un gros score , demain et dimanche je tracte sur les marchés et mardi je recolle des affiches , ne nous laissons pas distraire par des polémiques stériles.
    Fraternellement

    • claudecarron dit :

      Bien vu Max, mais nous ne sommes pas pour autant distraits par ce genre de mesquinerie veant des aparatchiks souceiux de garder leurs petites prérogatives loacales. Nous répondons séchement à leurs bobards, tout en continuant à œuvrer tous azimuts pour la victoire de jlm20117 et notre 6e république. Pas de problème de dispersion. CC

      • Maximilien R dit :

        Je ne doute pas une seconde que tu te détournera de ton chemin , qui est le même que le mien . Nous sommes des insoumis et devrions être plus nombreux.
        Dans la « bas si j’y suis  » Frédéric Lordon place de la Republique hier soir explique clairement les enjeux du moment .
        Hasta la victoria siempre
        Fraternellement

    • Maximilien R dit :

      Merci Claude d’avoir mis le discours de Lordon en ligne, (je ne sais pas le faire ) le moment que nous vivons est post révolutionnaire , le pouvoir actuel est en fin de règne , mais le pire comme le meilleur peut sortir de ce moment de l’histoire . Notre devoir de militants engagé(es) est de porter notre parole et de la répandre au plus grand nombre autour de nous . Chacun d’entre nous doit être le porte parole de notre combat pour la 6 ème Republique l’égalité la fin des privilèges et la répartition des richesses que nous espérons tous .
      En 2012 , nous étions 4 millions , à chacun d’entre nous de convaincre 2. 3 . 4 personnes ou plus autour de nous et nous serons plusieurs millions , nous ne pouvons réussir qu’unis et déterminé(es) ..
      « Le chemin se construit en marchand » … Antonio Machado

  7. daniel93 dit :

    Lettre du communiste Jean Ortiz (s’adresse à JLM),

    Cher camarade,
    Dans le quotidien béarnais à grand tirage, « La République des Pyrénées » (28 mars 2016), un dirigeant local et national de mon parti, le PCF, tient des propos méprisants à ton égard, te conseillant de « partir ensemble en pèlerinage à Lourdes », avec le centriste Jean Lassalle, « puisqu’apparemment ils (vous) entendent des voix ».
    Ce n’est ni très élégant ni très respectueux. « La présidentielle rend fou », dit ce dirigeant. Le quotidien évoque la longue absence de la vie politique béarnaise de ce dernier et qualifie son « retour » de « tranchant ». Laissons ce type de tranchant aux longs couteaux des ambitions politiciennes. Ce n’est pas notre monde.
    Ni nos valeurs, ni nos pratiques.
    Camarade Mélenchon,
    Je me souviens des grands meetings à Pau où tu contribuas à rassembler des milliers de Béarnais, Basques, Landais… C’était l’époque du forcing « pour avoir Jean-Luc », au service bien entendu d’ambitions politiques. Et tu étais là, mouillant la chemise.
    Militant communiste à Pau depuis 25 ans, j’en connais les « spécificités » locales, les ressorts de chacun, l’obsession de certains pour « la com », les photographes, les caméras… au détriment du terrain.
    Si je m’en tiens aux voix, aux voix communistes et Front de gauche, aux municipales comme aux régionales, à Pau et au-delà, beaucoup ont manqué au rendez-vous. La politique se nourrit d’idées, mais elle passe aussi par les hommes. Au lieu d’invectiver un partenaire, de le jeter désormais comme un kleenex, balayons devant notre porte. Les coups bas aux effets désastreux ajoutent à l’atomisation de la gauche de transformation sociale, au manque de confiance entre camarades, aux fractures déjà béantes, et nuisent à l’indispensable dynamique anticapitaliste. Cette gauche de rupture, au-delà de ses divisions actuelles, veut sortir du cadre capitaliste pour construire une société solidaire, juste, de partage, d’inclusion sociale, écologique, de biens communs, de socialisations, d’implication citoyenne, à tous les niveaux…
    En tant que communiste palois, je tiens à te dire, camarade Mélenchon, combien les propos tenus à ton égard par un dirigeant communiste, m’ont indigné. Je te prie d’accepter mes excuses, au nom d’un maillon de ce parti dramatiquement affaibli et pourtant si nécessaire aux combats de classe d’aujourd’hui, le PCF ; au nom aussi de ce bel idéal communiste qui structure et structurera ma vie jusqu’au bout.
    Jean ORTIZ ; Maître de Conférences honoraire, PAU.

    • Maximilien R dit :

      Jean Ortiz écrit régulièrement dans l’huma et ce qu’il écrit est toujours passionnant.
      C’est un militant communiste dans le bon sens du terme , son problème c’est que dans son dos se trame des « magouilles  » électoralistes notamment à Toulouse.
      Il est à mille lieu de toute cette tambouille politicienne comme tous les intellectuels et il ne se rend pas compte qu’il sert de faire valoir et qu’il est utilisé par certains.
      C’est un mec bien , il ne pense pas juste , il ne pense pas faux , il pense vrai.
      Hasta la victoria Juan

    • claudecarron dit :

      Simple sympathisant militant activement pour jlm2017 et la 6e république, j’apprécie ce texte sincère du camarade Jean ORTIZ et je m’en retrouve tout ragaillardi, car c’est une voix communiste de plus qui confirme la justesse de notre combat. Tous ensemble et sans faiblesse ni méprise quant aux vrais adversaires à combattre. CC

  8. Estager dit :

    « Souvenons-nous qu’il avait pour cela le premier annoncé dès le 14 décembre 2015 lendemain des régionales, le décès du Front de Gauche. » Non le premier a acter l’échec du FDG c’est JLM. Rendons à César ce qui lui appartient

    • CLAUDE CARRON dit :

      Exactement Estager.. Non seulement la direction du PCF ne perçoit pas vraiment la réalité politique et sociale de ce pays telle qu’elle évolue en ce moment, mais en plus elle ne sait même pas tirer les enseignements de faits récents qui ont conduit à la fin du jeune FDG. Comme si la direction du PCF méprisait le peuple de gauche. Le Front Populaire avait au moins, lui, duré deux ans et permis de grandes avancées sociales, avant que les RAD-SOC ne le caviardent et ne s’allient à la droite, pour finir au bout du compte avec Pétain en 40.

      Le Front de Gauche s’est effiloché à chaque élection où la direction du PCF a osé bricoler avec le PS en local (utilisation du logo FG sur des affiches en association avec Anne Hidalgo à Paris) avec de médiocres résultats, du fait de l’incompréhension de l’électorat de gauche, voyant un PCF critiquer la politique droitière du gouvernement dit socialiste et se mélanger avec localement pour des arrangement de postes. Croient-ils vraiment que ledit électorat ne les voient pas faire ? Il serait grand temps qu’ils s’en aperçoivent et se joignent à notre dynamique pendant qu’il en est encore temps. Sinon, je pense que ce sera la fin du PCF. CC

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s