Les cleptomanes du Grand Paris

Tout juste installés depuis le 1er janvier 2016, il ne se passe pas une semaine sans que la Métropole du Grand Paris (MGP) et ses 11 établissements publics de territoires (EPT) – plus Paris- révèlent au grand jour la cleptomanie anti-démocratique de leurs barons. Du conseil métropolitain aux conseils de territoire, une oligarchie élective quasi exclusivement masculine a confisqué l’exercice démocratique aux autres représentants du peuple. Cette caste se répartit, au prix de cumuls multiples, les présidences et vice-présidences et les indemnités qui vont avec. Jugez plutôt.Sur les 28 membres de l’exécutif métropolitain, 21 sont maires (dont 8 qui sont aussi parlementaires), 2 sont maires d’arrondissement de Paris, 2 sont présidents d’EPT. Il faut dire que ce n’est pas au sein du conseil métropolitain que l’on pouvait espérer trouver une régénération démocratique, 131 de ses 209 membres (63 % !) étant des maires. Bien sûr la parité est la première victime de cette consanguinité mi-élective/mi-cooptative : Sur les 28 membres du Bureau de la MGP, on trouve seulement 4 femmes (14%) !

Que l’on prenne la métropole dans son tout ou dans ses parties, elle est partout le tombeau de la parité et le paradis des cumulards. Car les « EPT » ne valent pas mieux. Ainsi sur 11 présidences, on trouve 10 hommes et 1 femme. Et encore Nicole Goueta, présidente du T-5 « Boucle Nord de Seine », doit-elle son siège temporaire au fait qu’elle est la doyenne dans le cadre d’une présidence tournante ! Ce n’est guère mieux du côté des vice-présidences avec moins de 20 % de femmes. A l’inverse, les cumulards eux se sont fait la part belle : 86 maires (58%) siègent dans les exécutifs des EPT. En plus de leur mandat au conseil métropolitain bien sûr… Un triple cumul d’un coup en sorte. Et celui-ci ne s’arrête pas là : près de 10 % d’entre eux sont par ailleurs parlementaires. Les autres sont bien souvent aussi placés au conseil départemental ou au conseil régional…

Arrivé à ce stade, on ne peut que constater que cette accaparation démocratique par une poignée relève bien d’une stratégie délibérée. Celle-ci s’exerce en deux temps comme en témoigne l’exemple grossier de l’EPT-10 « Paris Est Marne et Bois ». Lors de la séance inaugurale, les barons locaux ont verrouillé le scrutin : un président + 12 vice-présidents = 13 maires. Peu leur importait à ce stade que l’exécutif soit 100% masculin, l’important était qu’il ne s’ouvre pas à l’un des 77 autres conseillers ! Du reste, les vice-présidences des exécutifs des T-2, T-3, T-4, T-5 et T-9 ont également été réparties selon le même schéma, c’est-à-dire exclusivement entre les maires des communes composantes, lors de leurs installations en janvier 2016.

Seulement voilà, une séance du conseil métropolitain a passé et les cumulards se sont aperçus de l’impossibilité qui leur était faite de cumuler les indemnités au conseil métropolitain et au conseil de territoire. Pas de souci ! Les positions prises leur ont permis de distribuer postes et recettes à leur affidés. 4 des vice-présidents de l’EPT-10 ont ainsi déjà annoncé renoncer à leur vice-présidence. Ils n’y perdront rien financièrement. Mieux, leur entourage proche récupère le magot. Jean-Marie Brétillon (maire de Charenton) laisse par exemple le siège…à sa fille. Décidément le népotisme n’est pas le seul apanage du FN.

Résumons : lors de l’installation des instances du Grand Paris, un petit groupe de cleptomanes a concentré entre ses mains tous les pouvoirs. Une fois ceux-ci mis à l’abri, ceux-là distribuent ce qu’ils ne peuvent garder directement pour eux, façon détournée de le maintenir dans leur escarcelle. Les exécutifs étant verrouillés, la décision est muselée, et les centaines d’autres conseillers réduits au rang de spectateurs. Car pendant que postes et indemnités sont distribués, les règlements intérieurs qui doivent organiser le cadre des débats au sein des assemblées ne sont eux toujours pas présentés…

Bien sûr, pour participer au festin, il fallait que la mise en place des exécutifs de la métropole s’accompagne du ralliement généralisé à la co gouvernance droite-gauche. Tous ont cotisé. Anne Hidalgo, maire PS de Paris est la 1ère vice-présidente du LR Patrick Ollier (lequel est par ailleurs vice-président à l’EPT-3 « Paris Ouest La Défense ») au conseil métropolitain, aux côtés de huit LR, quatre UDI, quatre PS, deux PCF, un Ensemble et un à EELV. Ailleurs dans les EPT, la droite a laissé au PS, à EELV ou au PCF les vice-présidences qu’elle a reçues en retour dans ceux dirigés par le PS ou le PCF. Partout le sens du vote dans les communes a été effacé au nom du mythe de la seule politique possible à laquelle chacun est prié de se plier.

La Métropole du Grand Paris marque donc un gigantesque recul démocratique. Au dessaisissement du citoyen, elle ajoute l’enterrement dans les faits de la parité dans la vie politique. Rétrograde et anti-démocratique, elle signe le retour aux pratiques de confiscation de la vie publique par l’institutionnalisation et la quasi automaticité du cumul multi-mandats. En bout de course, elle s’accompagne de la distribution d’octrois pour caporaliser les uns et surtout maintenir à distance la plèbe des élu-e-s.

La démocratie est victime de ces cleptomanes. Force est de constater qu’elle ne peut se régénérer en puisant en son propre sein du fait du barrage qui est érigé. Seule possibilité pour les élu-e-s qui veulent porter une aspiration populaire différente, être insoumis-e. Et construire avec le peuple un ordre démocratique nouveau. Dès 2017 la Constituante ne saurait être une proposition de plus, elle s’impose comme une nécessité pour abattre l’ordre ancien.

Nota : Pour plus de détails sur les magouilles sur les indemnités, lire ici l’exemple de Paris Est Marne et Bois

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s