Primaires à gauche : hiatus et bouche cousue

Tribune publiée lundi 22 février dans Le Plus de l’Obs (lire ici)Obs

C’est dans le cadre aseptisé d’une salle des sous-sols de l’Assemblée Nationale que les initiateurs de « Notre Primaire » et le PS, le PCF et EE-LV se sont retrouvés le 18 février. Ceux-là recherchaient artificiellement à donner à voir ce qui les rassemble. Au même moment, la ministre du travail Myriam El Khomri était en service commandé pour Manuel Valls et François Hollande : dans une interview aux Echos, elle embrasait la gauche en déclinant le contenu de sa future loi contre le code du travail et en envisageant d’imposer celle-ci à coup de 49-3. Le hiatus était patent. Et s’il servait les uns, il disqualifiait les autres.

Le PS s’en tirait à meilleur compte encore qu’espéré. Tandis que les siens sapaient les fondements républicains de l’indivisibilité du peuple avec la déchéance de nationalité, instillaient dans les consciences la primauté de l’ordre sur la liberté avec la constitutionnalisation de l’état d’urgence, atomisaient le code du travail et deux siècles de conquêtes du mouvement ouvrier avec le projet de loi El Khomri, le PS était réinstallé au cœur de « la gauche » par l’action des dévots de l’ordre ancien. Relégitimé par les vieilles paroisses, il en restait même le saint siège.

Devant les manœuvres de l’entre soi des politiciens de salon, les ouailles communistes et écologistes ne savent légitimement plus où donner de la tête. La confusion est à son comble quand leurs responsables tentent le jeudi lors du comité d’organisation de la primaire de faire diversion en proposant d’écrire une « plateforme programmatique commune » sensée délimiter un périmètre à la primaire comme le proposait Olivier Dartigolles. Mais dès le lundi suivant, c’est Pierre Laurent qui jette celle-ci aux oubliettes : « il ne s’agit pas de définir un programme, mais un socle commun, un chemin à emprunter ». Le Smic de la gauche en somme. La capitulation sans condition ouvre la voie à la participation de François Hollande. Ce que confirmait Pierre Laurent en affirmant sur France-Inter qu’il n’avait « aucun problème » avec cela.

Naïfs ou complices, les responsables du PCF se sont fait broyer dans l’étau cambadélicien. Le premier secrétaire du PS avait dès la sortie du comité d’organisation repris les rênes en déclarant que « si cette primaire sans préalables et sans préjugés permet de sélectionner le meilleur candidat de la gauche, c’est une bonne idée, et il faut l’organiser ». Goguenard, il ajoutait : « Je pense que le candidat le plus crédible par temps de crise est le président de la République ». Il ne pensait sans doute pas que ses nouveaux sparring-partners mettraient genoux à terre aussi vite.

Au cas où, Jean-Christophe Cambadélis a de toute façon prévu un coup d’avance : il propose en effet de tenir la dite primaire au mois de…décembre 2016 ou janvier 2017 ! A cette date, il ne saurait en effet y a voir de candidature alternative qui émergerait. Le contrat moral de la primaire appelle de toute façon à ce que chaque participant se range derrière le vainqueur au final. Les velléitaires n’auront alors que les miettes qu’ils convoitaient. Où comment faire taire et enrégimenter communistes et écologistes derrière le panache décoloré du parti socialiste. Et espérer isoler Jean-Luc Mélenchon.

L’anti-mélenchonisme de principe qui pousse les uns et les autres dans la primaire se révèle être un jeu triplement dangereux : il attise la disjonction entre le peuple et les partis en faisant une fois encore disparaitre le politique derrière la politique ; il annihile toute autonomie des forces organisées extérieures au PS en rendant de facto et à coups de calendrier toute candidature hors primaire impossible ; il concourt à affaiblir le courant de pensée de l’humanisme radical qui a un candidat naturel, celui qui a rassemblé 4 millions de voix en 2012.

L’ostracisme ne peut tenir lieu de ligne politique. Il conduit celles et ceux qui le pratique à mettre à l’encan les idées pour justifier le chemin suivi. Les mêmes qui glosent sur la prééminence supposée du programme en viennent à oublier que les contenus qui seront portés sont liés à la stratégie. Si le casting porte sur qui peut habiller l’estrade de la primaire, il n’y a pas de doute que tant au PCF qu’à EE-LV il puisse y avoir pléthore de candidats. S’il s’agit de combler ce hiatus entre le sens et la représentation, il est clair au contraire que c’est la fermeté des convictions qui garantit le respect au long cours de la stratégie. Et que réciproquement la définition de la stratégie est le garant des contours programmatiques défendus.

La gauche des idées se trouve orpheline de la gauche des partis quand elle se trouve ainsi phagocytée. Elle ne peut alors plus prétendre à transmuer le peuple, quand bien même l’aspiration à traduire les utopies en conquêtes sociales subsiste profondément. Vouloir restaurer la gauche des idées en ressuscitant par des primaires la gauche des partis est donc une seconde mort. La candidature de Jean-Luc Mélenchon, par sa mise à distance salutaire des combines politiciennes auto-anesthésiantes, renoue au contraire avec la filiation originelle pour lui redonner de la voix et lui rendre vie.

François COCQ et Francis DASPE sont respectivement Président et Secrétaire général de l’AGAUREPS-Prométhée (Association pour la Gauche Républicaine et Sociale-Prométhée)

Un commentaire sur “Primaires à gauche : hiatus et bouche cousue

  1. Tout est dit dans le dernier paragraphe. Je suis de ceux qui voient, dans la candidature de JL Mélenchon, la seule réponse possible à cette mascarade des primaires. Mélenchon affirme quand d’autres tergiversent pour mieux se renier au final. Est-il intempestif ? C’est qu’il assume que la gauche ne peut exister que dynamique et intransigeante dans ses valeurs. Dire : « oui ! » Dire : « j’ose ! » Et aussitôt le compléter, le définir, le crédibiliser d’un « osons ensemble ! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s