Sondages : la fabrique de l’opinion jusqu’à l’urne

olivier-schrameckLe Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) est une officine aux ordres du système. Les prétendus « sages » n’ont ainsi rien trouvé de mieux que de recommander ce 10 septembre la publication des sondages jusqu’à 8 heures avant l’ouverture des bureaux de vote. La fabrique de l’opinion court à plein -ancien- régime. Mais ne nous y trompons pas : le recours à ces artifices est le réflexe de Lazare d’une Caste moribonde.

La justification du CSA pour ce bouleversement est grotesque : la publication de sondages de dernière minute par des médias étrangers, notamment belges ou suisses, perturberait le bon déroulement du système. Est-ce un excès de chauvinisme qui pousse le CSA à ce que ces sondages soient français ? Non car on ne parle pas des mêmes. Les sondages visés sont les estimations sorties des urnes diffusées sur les médias étrangers qui pourraient effectivement entacher la régularité du scrutin puisque publiés pendant pendant que les citoyen-ne-s sont appelé-e-s aux urnes mais qui, pour le coup, sont encore moins fiables que les sondages des instituts hexagonaux -c’est dire !-.

Ce que veulent le CSA et ses commanditaires, c’est la possibilité de forger l’opinion du grand nombre jusqu’au dernier instant.  Que l’électrice et l’électeur passent d’un coup, de l’entrée au lit le samedi soir à son lever le dimanche matin, du sondage au dépôt de bulletin de vote dans l’urne. Cette modification est la négation même de la liberté de vote du citoyen qui est sensée se construire justement dans le détachement après que les éléments de sa réflexion lui aient été au préalable apportés. Mais avec le CSA, il ne saurait demeurer d’interstice entre la propagande et le vote afin que le libre arbitre ne puisse s’y immiscer.

Olivier Schrameck, président du CSA en est bien sûr le grand ordonnateur. Caricature du parisiannisme de salon, directeur de cabinet du Premier Ministre Lionel Jospin mais servi sous Sarkozy, Schrameck fait le boulot pour les deux bords à la fois.

Les partis du système et les suppôts du système à la mamelle desquels ils se nourrissent voient bien venir la débandade de ceux qui se vautrent depuis 30 ans dans le consensus au centre pour mieux se repasser les plats à coups d’alternance. Leur temps est fini. Le PS, le RPR rebaptisé UMP puis Les Républicains, l’UDF-UDI et consorts vont être balayés. Le stade historique où ils devaient concéder des avancées à la majorité populaire pour se maintenir en place est révolu avant que d’avoir existé. Désormais, comme des moules ils s’accrochent en cherchant non plus à fabriquer mais à lobotomiser l’opinion.

 

2 commentaires sur “Sondages : la fabrique de l’opinion jusqu’à l’urne

  1. Ils trichent sans vergogne. C’est un véritable détournement de pouvoir, tous ces beaux Messieurs n’ont aucun sens de la responsabilité et jettent aux ordures leur dignité. Qui pourra encore les respecter ?

  2. claudecarron dit :

    D’où l’intérêt de mettre rapidement en place notre 6e République.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s