Départementales : le 3ème tour de l’entre soi et de la magouille

départementalesLes citoyen-ne-s ont voté. Passage obligé. Les affaires peuvent désormais reprendre leur cours dans l’entre soi des élu-e-s. Le « 3ème tour » des élections départementales qui avait lieu ce jeudi 2 avril en est une caricature. De magouilles en connivences, le système broie la démocratie dans l’étau d’une 5ème République agonisante.

Les électrices et les électeurs ont eu beau voter ces deux derniers dimanches, les faiseurs de rois se trouvent toujours au sein de la cour. C’est ainsi qu’après 4 jours de palabres et de trocs de postes dans les alcôves, plusieurs département ont vu ces arrangements absurdes et anti-démocratiques faire et défaire des majorités au-delà même du scrutin.

Ainsi, dans le Vaucluse, la prime aux croulants, cette grotesque règle qui veut qu’en cas d’égalité au 3ème tour de scrutin du « 3ème tour » électoral le plus ancien candidat soit élu, a permis à la droite de remporter le département. En 2015, la France se meut toujours dans un système gérontocratique ! Et celui-ci est si bien fait qu’un groupe peut donc prendre un département non seulement sans avoir de majorité absolue mais donc même sans avoir de majorité relative !

Dans le Tarn et Garonne, c’est une alliance post-électorale entre le PS et l’UMP qui a mis fin au potentat du sieur Baylet. Déjà trucidé lors des sénatoriales, le président du PRG a ce coup-ci subit les accords à droite…de Christian Astruc, celui qui jusqu’à il y a peu était encore membre de son propre parti et groupe mais qui, soif du pouvoir aidant, a viré casaque. Ou quand un système en remplace un autre…

Dans l’Essonne, le psychodrame entre frères ennemis de l’UMP a porté a permis d’évincer celui qui a maille à partir avec la justice pour laisser le département entre les mains d’un proche de Nicolas Dupont-Aignan, la béquille de Marine Le Pen. La stratégie d’union à gauche en un tout informe piloté par un dit frondeur est décidément du bel ouvrage !

En Lozère, la valse des étiquettes n’a pas permis de savoir pendant 3 jours quelle serait la couleur finale du département. Ceux qui se présentaient sous l’étiquette « divers on ne sait quoi » ne savaient plus où ils habitaient et attendaient sans-doute que montent les enchères. Quant à celles et ceux qui dimanche dernier ont cru le label estampillé sur le bulletin de vote, ils en sont pour leurs frais. Décidément, après le gouvernement PS qui applique une politique de droite, la latéralisation de la vie politique est de moins en moins source de clarté !

La liste n’est pas exhaustive. Et c’est là sans compter sur les délégations et autres vice-présidence octroyées aux uns et aux autres. Il aura en plus fallu s’infliger les pratiques de l’entre soi pas même masquées entre les uns et les autres, comme ce président du groupe PS au conseil général du Val-de-Marne qui, au cours de son intervention, s’adresse à la tribune d’un incongru « Salut Jacques » pour compléter l’éloge de l’action de l’ancien président du groupe UMP.

Pompes à rejet et dégoût, tous ceux-là ont aujourd’hui tenu des discours dans lesquels ils ont versé des larmes de crocodiles sur la montée en puissance du Front national et de l’extrême-droite qu’ils s’empressent pourtant de continuer à alimenter. Le même président du groupe socialiste du Conseil général du Val-de-Marne avait ainsi commencé son propos en accusant les abstentionnistes pour leur geste qui les plaçait ainsi selon lui hors la République. Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.

La 5ème République est moribonde et seule la Caste peut s’y mouvoir. Le Peuple y est réduit au rôle de figurant, consigné à devoir s’exprimer en amont et hors des lieux de décision. Expulsé du cadre démocratique, il devient spectateur de celui-ci en attendant de récupérer sa souveraineté. Le choc, inéluctable, n’en sera que plus violent. Il nous appartient d’organiser sans attendre la réponse citoyenne qui seule peut engager la bifurcation dans la course vers l’abîme fasciste dans laquelle nous envoie le système. La 6ème République est un mot d’ordre. La construction de majorités citoyennes un vade-mecum.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s