L’union nationale est un piège, l’union de la gauche est un leurre

Les incantations et appels à une union nationale glorifiée ont réduit en bouillie en l’espace de 8 jours le corps de pensée de ceux qui à gauche n’étaient pas assez arrimés. On avait ainsi immédiatement vu s’installer un glissement vers l’alignement réactionnaire des tenants du système. On découvre aujourd’hui l’appel à l’union de la gauche qui résulterait d’une union nationale. C’est en effet dans ce prolongement que l’ensemble des élu-e-s PCF, PS, EE-LV et Gauche Citoyenne du Conseil général du Marne appellent conjointement dans une déclaration rendue publique le 15 janvier à « se rassembler autour de la majorité de gauche du Conseil général ». Résurrection de la gauche plurielle et enterrement du Front de Gauche par la mise sous le boisseau des souffrances infligées au peuple par la politique de François Hollande sonnent le glas de la gauche tout entière.

Pas un ne manque à l’appel ! Les 31 conseillers généraux du Conseil général du Val-de-Marne ont donc signé ensemble un appel au rassemblement pour les élections départementales de mars 2015 (lire ici). Les conseillers PCF, PS, EE-LV, Gauche Citoyenne, dans une adresse aux val-de-marnais-es, prennent soin de préciser que « ce qui [les] rassemble en Val-de-Marne est plus fort que ce qui [les] divise ». Pas étonnant quand la caractérisation de la politique du gouvernement est absente de leur propos, évacuée derrière un soyeux « par-delà nos divergences sur la politique gouvernementale ». Pire, la déclaration oppose la volonté des conseillers de faire prévaloir par leur position commune l’intérêt général à la défense de leurs idéaux. Toute critique de la politique de Hollande et Valls serait donc dictée par des intérêts partisans détachés de la pensée de ce qui est bon pour tous. Allez faire de la politique après ça !

Surtout, cette déclaration affirme que, malgré les politiques imposées depuis Bruxelles et relayées par l’Elysée, Matignon et Bercy, un territoire comme le Val-de-Marne pourrait passer entre les gouttes de l’austérité. La « crise », mot commode par son côté immatériel et mensonger dès lors qu’il décrit un phénomène sensé être temporaire et qui devient permanent, serait ainsi l’arbre qui cache la forêt de la mise en place de l’austérité comme mode de gouvernance par la Caste au pouvoir. Tout juste la réforme territoriale est-elle « préoccupante » et le contexte « difficile ». Et c’est tout…Les val-de-marnais-es apprécieront.

La sortie de cette déclaration le 15 janvier ne doit rien au hasard. Elle est en effet prête depuis un mois. Mais le rapport de force imposé par le peuple au pouvoir hollandais empêchait jusqu’à présent qu’un tel œcuménisme puisse échapper aux lazzis et aux quolibets. Seulement voilà. Les attentats politiques des 7, 8 et 9 janvier ont été récupérés par François Hollande pour se draper dans les habits de l’union nationale. Certains, trop contents du piège, en ont profité pour se rapprocher en faisant le pari que la nouvelle posture présidentielle ferait oublier ses responsabilités du quotidien. Que le peuple serait troupeau et ne ferait pas la part des choses. Que l’aspiration à l’unité de la gauche comblerait le vide des renoncements et abandons. Que tout était oublié.

Cette erreur d’analyse sur le fond se double d’une curieuse interpellation sur la forme. Voilà que celles et ceux qui en appellent au retour du peuple le font par l’intermédiaire de ce qu’il y a de plus institutionnel, un appel d’élus, comme une ultime hiérarchisation entre les sachants et les autres. La démarche citoyenne prônée par le Front de Gauche dans sa résolution de décembre 2014 a décidément du plomb dans l’aile. La manœuvre se complète par une confusion sciemment organisée. Là où les organisations du Front de Gauche discutent entre-elles et affichent publiquement l’autonomie du PS et des forces qui soutiennent la politique du gouvernement, ailleurs les élu-e-s font l’inverse de ce qui engage leur formation, feignant une indépendance vis-à-vis de leur parti dont chacun-e sait à quel point elle est factice. La ficelle est grosse. Grossière même. Et les citoyen-ne-s ramené-e-s au rang de spectateurs de ce triste théâtre d’ombres.

Cet appel ne serait enfin rien moins qu’un épiphénomène qui n’intéresse que le landerneau politicien s’il ne traduisait aussi des réalités qui seront soumises aux votes des citoyen-ne-s. Ca et là, des messages sont envoyés pour faire part d’accords partiels qu’il conviendrait de compléter. Sauf que justement, c’est là où les accords ne sont pas encore signés entre organisations que les tentations pour se défier de l’autonomie vis-à-vis des partis gouvernementaux sont les plus fortes. On voit ainsi depuis quelques jours l’idée de « candidatures communes de toute la gauche » ressurgir sur certains cantons. Là pour faire barrage au FN. Ailleurs parce que ces socialistes ne sont pas vraiment ceux qu’on croit. Ailleurs encore parce que la réciprocité s’impose. L’appel en question est là pour les étayer.

Nombreux sont ceux qui, en responsabilité, ont fait en sorte de trouver les formes d’engagement qui permettent de mener campagne en conciliant la nécessité de conserver le Val-de-Marne comme un département Front de Gauche au regard de l’action politique que son Président peut impulser, tout en avançant dans la clarté auprès des citoyen-ne-s sur l’orientation politique portée et les combats politiques qu’il faut mener, y compris contre le gouvernement en place. Le Front de Gauche a été incapable, mais certains en avaient-ils la volonté, de s’engager sur la voie de majorités citoyennes construites avec les habitant-e-s. C’est un regret. Car alors que le vieux monde se meurt, il faut aider à ce que naisse le nouveau en rendant au peuple sa souveraineté dans l’élection, mais aussi dans les processus qui y conduisent et lors du mandat qui en résulte. C’est surtout se priver d’un souffle et d’une dynamique seuls à même d’enrayer la spirale infernale dans laquelle le Parti Socialiste envoie toute la gauche et dont le Département du Val-de-Marne pourrait bien faire les frais. C’est donc aussi une erreur. C’est enfin un leurre que d’être complices des duperies qui visent à faire croire que ceux qui disent rouge à Alfortville ou ailleurs ne disent pas blanc à Paris. Le peuple est traité comme un enfant.

La déclaration des conseillers généraux val-de-marnais est on le voit un très mauvais coup porté au Front de Gauche. Chacun-e en tirera les conséquences. Mais c’est aussi un énorme risque qu’elle fait courir au Département. Et pour lequel les conséquences pourraient bien être des regrets.

 

2 commentaires sur “L’union nationale est un piège, l’union de la gauche est un leurre

  1. Foussard jean francois dit :

    Francois,

    Comme je comprends ta colère contre ces soi disant représentants de la gauche qui ne sont en fait que les représentants d’eux même et des structures de partis mais qui tuent par leur prise de position toute velléité de rassemblement des classes opprimées et exploitées.
    Que faire d’autre que dénoncer ces manœuvres bassement politiciennes pour simplement conserver quelque postes rémunérateurs.

    Merci

  2. François,

    Dans l’huma du 15 janvier 2015, en page 3 un article sur le président de la république Italienne Napolitano dont le titre était:  » de la droite du PCI à l’austérité ». Même s’ils s’en défendent, ont pourrait trouver des similitudes avec les élus PCF du conseil général du Val de Marne qui semblent avoir choisi la place au lieu de la cohérence. Et si je comprends bien, il y aurait un accord dès le premier tour. Comme si par miracle la politique d’austérité du gouvernement du PS et de ses conséquences évitaient le 94. Pas sûr que bien des électeurs de gauche s’y retrouvent et préfèrent, ces jours là, aller à la pêche . A vrai dire, si j’habitais dans ce département, je réfléchirais à deux fois avant d’aller voter ou mettre un bulletin blanc.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s