Le bilan désastreux du FN pour l’Ecole

impasse pour l'éducationLe Front National vient de rendre public un document de propagande vantant le bilan des communes qu’il dirige. Celui-ci a vocation à être remis aux militants lors du Congrès de Lyon mais a déjà été transmis à la presse et figure désormais sur le site du parti frontiste (ici). Les politiques éducatives pratiquées dans les 11 villes FN y sont soigneusement évitées. Et pour cause ! C’est au peuple de payer la facture. La preuve.

On se souvient qu’il y a un an, les medias bêlant se sont pâmés à l’occasion du lancement du collectif Racine qui regroupe les enseignants qui adhèrent aux thèses du Rassemblement bleu marine. L’objectif affiché était celui du « redressement de l’Ecole de la République ». Huit mois après la conquête de 11 municipalités par le FN et ses affidés, et alors que le parti de Marine Le Pen fait de l’autosatisfaction au nez et à la barbe d’une UMP et d’un PS tétanisés et sans réaction, cela valait le coup d’aller jeter un œil sur le terrain et de jauger sur pièce les politiques éducatives pratiquées. Le constat est sans appel.

Le dénominateur commun aux politiques éducatives mises en place par le FN, c’est que scolariser son enfant à l’Ecole de la République, ça se paye. A Beaucaire, au Pontet, à Villers-Cotterêts, les tarifications de cantine ont été revues à la hausse. A Hayange, le transport scolaire coûte désormais plus cher avec une tarification pour laquelle il vaut mieux ne pas avoir plusieurs enfants. A Mantes-la-Ville, le périscolaire est payant (lire ici l’article du PG78). A Cogolin, les élèves de CM2 n’auront plus de dictionnaires offerts. A Fréjus les classes transplantées qui permettent d’ouvrir l’horizon pour les plus modestes ne bénéficient plus de subventions municipales. Le FN prétend s’occuper du peuple ? Il le détrousse !

Derrière la tenue d’apparat, le Front National reste donc fidèle à lui-même. La chasse aux pauvres et aux étrangers est de rigueur. A Béziers, l’accueil du matin à l’école exclut les demandeurs d’emplois car selon le maire Robert Ménard (non membre du FN mais cité 10 fois dans le document de promotion du FN) : « On n’a pas vu souvent des entretiens d’embauche à 7h30 ». Et à Beaucaire, le maire Julien Sanchez rage devant son impuissance à remettre en question les classes permettant l’accueil des élèves allophones : “C’est en maintenant ces pompes aspirantes que les gouvernements de droite comme de gauche favorisent et encouragent l’immigration massive“.

Mais le FN fait aussi le vide autour de lui. A Beaucaire, les enseignants sont insultés en conseil d’administration et traités de « racailles ». A Hénin-Beaumont, ils sont dénigrés en plein conseil municipal. A Mantes-la-Ville, les associations dont celles de parents d’élèves voient leurs subventions réduites de 22%. A Villers-Cotterêts, les associations de parents d’élèves sont même ciblées avec la fin des subventions à la FCPE (et à la CGT). A Hénin-Beaumont, ce traitement avait été réservé à la Ligue des droits de l’Homme (LDH).

D’autres par contre ne sont pas oubliés. A Béziers, Robert Ménard a ainsi fait distribuer 400 blouses bleu marine à l’école privée Sainte Madeleine participant ainsi à un financement public de l’école privée. Quant à Villers-Cotterêts, le maire Franck Briffaut cherche à s’affranchir tout à la fois de la liberté pédagogique et du principe de laïcité qui met à l’abri dans l’espace public, et notamment à l’école, de toute idéologie en tentant d’imposer à l’occasion de la cérémonie du 11 novembre une lecture par les élèves des Epis mûrs, texte mystique de Charles Péguy.

Il n’y a décidément que dans le titre de leur document de propagande que les frontistes ne mentent pas : « Communes Front National, ce que les medias ne vous diront pas ». Manque de chance pour eux, ici on vous le dit. Avec le FN, l’Ecole ça se paye et tous les enfants ne sont plus égaux devant l’éducation. Et il aura suffi de huit mois à peine pour le vérifier.

Voilà à quoi conduit la politique folle de territorialisation de l’Ecole mise en place par le gouvernement : remettre les clés de l’Ecole de la République entre les mains de barons locaux qui s’empressent de rompre avec son universalisme, l’émancipation, et le principe d’égalité qui fédèrent le peuple autour d’elle.

2 commentaires sur “Le bilan désastreux du FN pour l’Ecole

  1. Merci à toi pour le partage, je dit simplement bravo

  2. cecgregoire dit :

    A reblogué ceci sur Le Blog Rouge et Vers de Cécilien GREGOIRE et a ajouté:
    Comme hier avec les ligues, leurs dignes prédécesseurs, les élus FN sont les ennemis de la république, de l’égalité et de l’éducation. Fascistes en puissance dénigrant les enseignants, tous plus brillants qu’eux au passage, ils s’engouffrent dans la brèche ouvertes par d’autres ennemis de la république: les sociaux-libéraux
    Merci au camarade François Coq pour cet article salutaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s