Hollande valide le rejet du scolaire dans le périscolaire

L’intervention télévisée de François Hollande ronronnait. Singeant pour la énième fois une annonce nouvelle, le chef de l’État ressortait son « grand plan pour le numérique à l’école ». Sauf que, l’air de ne pas y toucher, François Hollande en profitait pour conforter un retournement décisif : l’éducation n’est plus nationale. Le Président déclarait ainsi : « Dès l’année 2015, pour la rentrée 2015-2016, déjà on va faire que dans les rythmes scolaires, on puisse apprendre ce que c’est que le codage, c’est-à-dire l’informatique, le numérique… sans qu’il n’y ait besoin d’un ordinateur ». Autrement dit Hollande rejette des savoirs qui devraient être proposés à tous dans les activités périscolaires qui elles varient au gré des collectivités et ne sont pas placées sous l’égide de l’éducation nationale. Ce n’est plus de la porosité entre temps scolaire et temps périscolaire, c’est du transfert ! Avec Hollande, l’inégalité devant l’éducation, c’est maintenant.

Ce n’est pas là une petite affaire. Le Conseil supérieur des programmes recommandait ainsi que chaque élève soit « initié au fonctionnement, au processus et aux règles des langages informatiques » afin d’être « capable de réaliser de petites applications utilisant des algorithmes simples », ce que le ministre Hamon validait alors au mois de juillet 2014 dans le JDD : « L’élève [devra] connaître les principes des langages de programmation et être capable de réaliser des applications utilisant des algorithmes simples ». Nous sommes donc bien là sur des savoirs et des connaissances qui doivent être maîtrisés par tous les élèves.

Ces apprentissages doivent d’autant plus être proposés à tous qu’à partir du collège, ils deviendront obligatoires selon les déclarations estivales du ministre Hamon. François Hollande ne disait hier soir pas autre chose : « On veut que l’Éducation nationale, à l’horizon 2017, soit « avec le numérique », partout, pour que de l’école jusqu’au lycée, cette nouvelle langue (…) soit développée partout ». Pourtant, la première chose que fait Hollande, c’est approfondir les inégalités en permettant un accès à ces connaissances qui varie au gré du lieu géographique où réside l’élève. Voilà le grand plan numérique et le résultat de la territorialisation de l’éducation version Hollande : l’explosion des inégalités territoriales et des « services » proposés en fonction des moyens des collectivités.

Mais ce rejet de l’apprentissage du codage dans le temps périscolaire est aussi une externalisation pas même rampante de l’éducation nationale. Voilà que Hollande entend laisser aux collectivités locales le soin de confier à des intervenants extérieurs la mission de former les élèves. Le choix de ce domaine si spécifique n’est d’ailleurs pas un hasard. Il conduira immanquablement à faire appel dans le cadre des activités périscolaires au privé pour assurer une mission dont l’éducation nationale se défausse. Cela porte un nom : la privatisation de l’Ecole.

Cynique, le Président a même été jusqu’à annoncer « une grande concertation sur le numérique au mois de janvier », « avec les enseignants, avec les parents d’élèves, avec les éditeurs de livres, avec les industriels et les élus locaux ». C’est une farce. Le ministère de l’éducation et Bercy ont déjà ficelé leur plan « e-éducation ». Ils ont même confié à certains patrons nécessairement amis le soin de faire des recommandations et de proposer un cahier des charges…auquel ils ont eux-mêmes répondu pour empocher le marché (lire ici). Le Président peut dès lors confirmer que ses affidés seront servis et que le fabricant de tablettes éducatives et de logiciel pédagogiques recevra les subsides promis puisque tous les élèves de 5ème seront désormais équipés de tablettes. Un scandale, celui de la connivence oligarchique et du mélange des intérêts !

François Hollande nous a endormis le 6 novembre sur TF1. C’est à se demander si ce n’est pas une stratégie pour pousser toujours plus loin sa sale besogne. Il n’est pas et ne sera jamais le président de la priorité à l’éducation. Au contraire, il se transforme en son pire dépeceur, réalisant ce que ses prédécesseurs sarkozystes avaient rêvé de faire sans y parvenir. Il faut qu’il parte et vite !

Un commentaire sur “Hollande valide le rejet du scolaire dans le périscolaire

  1. MAÏS Jean Paul dit :

    Scolaire, péri-scolaire, ou pas scolaire du tout ? Dans le court extrait du discours de Hollande que vous citez, j’ ai relevé pas moins de trois fautes de syntaxe ! On croirait du Sarközy ! Je comprends mieux pourquoi Hollande n’ a jamais été ministre de l’ Education nationale ! Tout juste bon à faire un président, mandataire du MEDEF !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s