En Alsace, les élus défient le peuple

Non_collectivite_alsaceLe 7 avril 2013, les alsaciens avaient bloqué par les urnes le processus de collectivité unique d’Alsace qui visait à fusionner dans une même entité les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et la région Alsace. Pourtant ce 22 septembre, profitant de la désorganisation impulsée par la réforme territoriale des frères siamois Hollande et Valls, les élus alsaciens viennent de pratiquer le coup de force contre le peuple. Réunis en parallèle ce matin, les élus des trois assemblées ont voté à plus de 94 % ( !) une même motion pour « créer en Alsace, dès le prochain renouvellement des assemblées, une collectivité territoriale unique issue des actuels Départements ainsi que de la Région et dotée d’une capitale régionale : l’Eurométropole de Strasbourg ». Le peuple a beau avoir voté, ils s’assoient dessus !

Il aura donc fallu moins de 18 mois pour que les élus prennent prétexte de la future grande région fusionnée Champagne-Ardenne / Alsace / Lorraine prévue par le projet de loi actuellement à l’étude au Parlement pour ressortir le projet de collectivité unique d’Alsace du puits dans lequel les alsaciens l’avaient jeté à l’occasion d’un référendum.

Pourtant, en avril 2013, le résultat avait été sans appel. Ainsi, malgré l’unanimité de la caste médiatico-politique des tenants du Oui, l’un des deux départements concernés, le Haut-Rhin, avait voté Non à près de 56 %…un score similaire à celui d’un autre Non populaire 8 ans avant. Ajouté à cela l’abstention, il était loin l’objectif nécessaire de la majorité dans chaque département et de 25 % des inscrits favorables dans chacun des deux départements.

Face à ces 187 623 citoyen-ne-s qui avaient voté Non, les élu-e-s ont aujourd’hui opposé le réflexe de leur caste : 101 voix sur 122 ont voté pour la fusion et même 101 voix sur 107 exprimées ! L’unanimité des élu-e-s de tous bords est un pur scandale et un affront fait à celles et ceux qui les ont élus. Outre les 4 contre, les seuls qui ont rompu cette harmonie des belles personnes sont 15 pleutres pseudo socialistes qui, ne sachant plus où coucher entre l’allégeance à la réforme territoriale du couple exécutif et leur habitude de se défaire de l’avis populaire, ont préféré faire l’autruche en ne prenant pas part au vote.

Le projet de  collectivité unique d’Alsace ou la maxi région fusionnée Champagne-Ardenne/ Alsace / Lorraine  procèdent bien d’une même construction technocratique désincarnée qui vise à nier le peuple. Les outils sont ainsi interchangeables comme le prouve cette « Eurométropole de Strasbourg » présente dans la loi MAPAM et la réforme territoriale de Valls et Hollande et que les tenants de la collectivité unique reprennent à leur compte !

Dans le petit monde de l’entre-soi, les collectivités se substituent les unes aux autres, les mandats se transfèrent de l’une vers l’autre, les élus sont interchangeables car il prêchent tous la même parole. Il n’est guère que le peuple qui lui ne soit pas interchangeable car il est Un et indivisible. Et c’est justement ce qui chez lui fait sens commun qu’il refuse d’abandonner par la dilution ou la fusion qui nieraient sa souveraineté. Mais quand même l’expression directe référendaire peut être piétiné par représentants du peuple, seule une 6ème République dans laquelle les élu-e-s devront être comptables devant le peuple de leurs décisions peut restaurer  l’ordre démocratique au profit du Souverain. Cette 6ème République, c’est celle où la souveraineté populaire pourra s’exprimer à travers ses représentants au lieu d’être étouffée par eux.  Du balai !

Texte adopté par les 3 assemblées le 22 septembre

L’Assemblée du Conseil Régional d’Alsace, L’Assemblée du Conseil Général du Bas-Rhin, L’Assemblée du Conseil Général du Haut-Rhin, réunies en séances plénières extraordinaires le 22 septembre 2014, demandent au Président de la République, au Gouvernement et au Parlement :

  •  d’abandonner la création d’une grande région réunissant les territoires d’Alsace, de Lorraine et de Champagne-Ardenne et de maintenir à l’Alsace ses contours géographiques actuels,
  • de créer en Alsace, dès le prochain renouvellement des assemblées, une collectivité territoriale unique issue des actuels Départements ainsi que de la Région et dotée d’une capitale régionale : l’Eurométropole de Strasbourg,
  • d’appliquer à cette Collectivité territoriale d’Alsace le mode de scrutin actuel avec un équilibre entre la représentation binominale sur la base des cantons existants et la représentation proportionnelle sur la base de listes paritaires,
  • de prévoir l’élection des Conseillers d’Alsace aux mêmes dates que l’élection des conseillers régionaux,
  • d’ouvrir un droit d’option pour les Départements limitrophes qui souhaiteraient, à terme, intégrer la nouvelle Collectivité
  • d’inscrire les principes ci-dessus exposés dans le projet de loi relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s