Réaction post électorale pour 1ère heure

Première heureInterview au journal Première heure dimanche 25 mai à 23h

La course à l’abîme a commencé. Le déchainement électoral des extrêmes-droites européennes, la poussée des conservateurs et l’agonie de la social-démocratie nous promettent des lendemains bien sombres si nous ne nous donnons pas les moyens de renverser la table.

Pour mener à terme ce combat, nous savons ne pouvoir compter que sur nous et devoir miser sur l’élévation des consciences. Tous ceux qui, du champ politique au système médiatique, ont passé les plats au Front National ne nous dupent pas ce soir avec leurs larmes de crocodiles. Ils sont responsables et coupables.

Mais ces résultats des élections européennes sont aussi une gigantesque claque pour la gauche. Avec la politique impulsée par François Hollande, le parti socialiste a créé un siphon et envoie toute la gauche par le fond. C’est un désastre. Bien sûr, François Hollande a eu le retour de sa pièce. Lui qui avait voulu bidouiller ces élections en supprimant la circonscription nationale au profit d’absurdes grandes circonscriptions régionales voit les siens être partout chassés du parlement européen où ils siégeaient. Lui qui avait répondu au peuple de gauche après les municipales en lui infligeant Manuel Valls pour Premier ministre voit l’extrême-droite prospérer dans le champ idéologique qu’il contribue à laisser s’imposer. Mais en suicidant le parti socialiste, il est en train de tuer toute la gauche.

Dans ce contexte d’effondrement de la gauche, seul résiste le Front de Gauche par rapport à 2009. En Île de France, il convient de saluer la réélection de Patrick Le Hyaric au terme d’une campagne qui aura permis de gagner 16.302 voix depuis les précédentes européennes soit une progression de 9%. Mais c’est là notoirement insuffisant pour envisager de s’en satisfaire, d’autant que des territoires d’ancrage militant comme le Val-de-Marne n’y ont que peu contribué et sont en recul par rapport à 2009.

Le Front de Gauche n’est de fait pas encore en situation d’incarner l’alternative pour permettre à la gauche de reprendre la main. Il convient désormais de regarder par-delà de nos frontières cette gauche qui a ramassé le drapeau jeté à terre et qui a su le brandir fièrement pour bousculer l’échiquier politique. C’est avec fierté et émotion que nous avons appris que les nôtres, ceux de Syriza étaient en tête en Grèce, mais aussi que l’autre gauche atteint près de 20 % en Espagne avec des mouvements comme Podemos et Izquierda Unida. Là est le chemin mais nous ne nous résignons pas à attendre un choc aussi violent que celui que connaissent ces pays pour réagir.

Nous savons devoir désormais sortir des temps courts de la politique électorale pour s’atteler au grand œuvre de la mise en mouvement du peuple sur des valeurs progressistes, humanistes et universalistes. Nous savons que nous plus que jamais nous avons un devoir de résistance face au péril qui nous guette et à la destructuration organisée depuis l’Elysée de l’édifice républicain qui y prépare, notamment avec le projet de réforme territoriale. Nous savons que la Vème République agonise et que seule une constituante permettrait au peuple de refonder par lui et pour lui un projet politique collectif d’intérêt général. C’est le défi immense qui attend le Front de gauche et qu’il se doit de relever en faisant une proposition politique non d’appareil, mais adressée au peuple tout entier.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s