Vote sur le TAFTA à l’Assemblée : les faussaires et la sentinelle

TaftaJeudi 22 mai, le groupe socialiste à l’Assemblée nationale a adopté une coquille vide en guise de résolution européenne sur le projet d’accord de libre-échange entre l’Union Européenne et les Etats-Unis. Il a surtout organisé la tromperie du peuple.

Le texte adopté est une forfaiture (le texte ici). Détournant l’initiative des parlementaires Front de Gauche, les socialistes avaient déjà vidé le texte de tout contenu contraignant en commissions. Ils ont confirmé par leurs votes qu’ils sont bien hypnotisés par Bruxelles à qui ils délèguent aveuglément notre souveraineté au nom du culte du libre-échange. Logiquement, les parlementaires du Front de Gauche ne se sont pas prêtés à cette mascarade et ont refusé de signer le chèque en blanc délivré par les socialistes à la Commission de Bruxelles (les votes ici).

Là où le Front de Gauche demandait la suspension des négociations, les socialistes se contentent donc « d’inviter le Gouvernement à intervenir auprès du Conseil de l’Union européenne afin de défendre l’ensemble des lignes rouges ».

Là où le projet initial déposé par le Front de Gauche demandait à ce que soit retiré du mandat de négociation « la clause de mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et états », les socialistes se sont contentés de se « féliciter » de la suspension provisoire des discussions sur ce point, la ministre Fleur Pellerin défendant en séance ces mécanismes qui de son propre aveux « servent à protéger les entreprises ».

Quant à la ratification par le Parlement français de ce futur traité, elle ne figure toujours pas explicitement dans cette résolution. Les parlementaires ont dû se contenter de l’assurance de la ministre (et pour cause, personne ne dispose du mandat ni ne l’a vu !) que le mandat de négociation confié à la Commission européenne était bien mixte (et non simplement commercial) et l’ont ainsi intégré dans les considérants. Mais à l’heure de parler de ratification, nulle précision sur l’assemblée, nationale ou européenne, qui devra y procéder (article 4)…

Ces parlementaires socialistes et le gouvernement sont des faussaires. Ils couvrent leur soumission à l’Union Européenne et au règne du marché roi par des salmigondis de surface pour tromper le peuple qui est appelé aux urnes. Et pendant qu’ils tripatouillent, le FN fait le guet. Marion Maréchal Le Pen s’est ainsi abstenue au moment du vote. Elle peut bien ânonner au micro contre ce projet, elle fait comme les siens qui ont par leur vote en Picardie, en PACA et ailleurs, laissé filer ce traité sur les rails de l’ultra-libéralisme, de la dérégulation, et de la soumission des peuples au règne de la finance. Les sentinelles du système en sorte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s