Mais à quoi joue Libération ?

liberation-logoIl y a des coïncidences qui n’en sont pas. Ainsi, alors que l’initiative unitaire contre l’extrême droite, ses idées, ses pratiques,  organisée par CGT, FSU, Solidaires et les organisations étudiantes mercredi 29 janvier a rencontré un vrai succès et a mis Marine Le Pen sur la défensive, le journal du pouvoir ressort en pleine page ce vendredi 31 janvier une affaire de « quenelles » réalisées par militants de la CGT il y a trois mois lors d’une grève à Roissy. Que le journal publie une information, c’est son métier. Qu’il choisisse quand et comment il la présente l’est tout autant. Le choix éditorial de Libération est donc un message qu’il nous faut examiner.

La France est engagée dans une semaine de tous les dangers. Dimanche 26 janvier, la droite ultra a repris la rue. Elle entend y rester en organisant dès le dimanche suivant une nouvelle mobilisation sous la bannière de « La manif pour tous ». Entre les deux, elle a dépêché ses émissaires pour engager la bataille culturelle et saper en profondeur l’édifice républicain en montant en épingle une prétendue « théorie du genre ». Ses franges les plus radicalisées ont à cette occasion révélé leur vrai visage en menaçant les parents d’élèves de la FCPE et en exprimant leur vision totalitaire qui ne saurait souffrir une autre expression que la leur.

C’est au cœur de cette semaine qu’est tombée fort à propos l’initiative programmée depuis décembre de la CGT, FSU, Solidaires et les organisations étudiantes. Celle-ci a vu une riche journée d’échanges sur l’extrême droite, ses idées et ses pratiques avant de se conclure en soirée par un meeting qui a rassemblé plus de 800 personnes. Mieux, à l’issue de cette initiative, un nouvel appel national pour faire face à l’extrême droite a été lancé, appelant notamment à la poursuite et à l’élargissement de cette campagne dans l’ensemble des régions, entreprises et administrations. Marine Le Pen et son parti, acculés par les défections, ont encaissé le coup et leur tentative de riposte pour jeter le discrédit sur les syndicats, et notamment sur la CGT, a continué à les isoler d’une frange toujours plus importante de salariés.

C’est donc aussi au cœur de cette semaine et dans ce contexte où les syndicats ont mis sur le reculoir l’extrême-droite que Libération, jouant à l’ingénu, a cru bon de publier un article intitulé « Les quenelles volent bas à l’aéroport de Roissy » avec la manchette « Exclusif Des représentants de la CGT Air France ont affiché leur soutien sur Internet à Dieudonné », le tout sous la photo attestant (et il n’est pas ici question ni de le contester, ni d’en atténuer la portée) du geste réalisé. Libération et ses confrères ayant cru bon de nous livrer pendant des jours la teneur de leurs débats internes quant aux conditions de diffusion d’une information à propos des sorties nocturnes motorisées du Président de la République, nous sommes en droit de nous interroger de la même manière sur la « révélation exclusive » et à ce moment précis d’un fait datant du … 8 novembre dernier.

Une information brute hors contexte ne prend de valeur journalistique par son traitement. Quel est donc en l’espèce le but recherché par la rédaction du journal ? S’il s’agit d’entretenir l’ambiguïté et de conférer un brevet « d’ouvriérabilité » à l’extrême-droite, c’est réussi. Libération ferait pourtant mieux plutôt que son journalisme spectacle et militant de se référer aux données objectives qui explicitaient que lors du 1er tour de l’élection présidentielle, Marine le Pen ne recueillait que 9% des voix des personnes se déclarant proches de la CGT quand Jean-Luc Mélenchon recueillait par exemple 39% des suffrages (sondage Harris interactive jour du vote). S’il s’agit de fragiliser les centrales syndicales de combat, ça l’est tout autant.  La manœuvre de Libération est d’autant plus grossière que si la version papier jette l’opprobre sur le syndicat en relayant la conduite de certains de ces cadres, il faut aller compléter l’information dans la version numérique pour enfin avoir une mise au point sur le fond : « Les propos de Dieudonné sont en tout cas difficilement compatibles avec les valeurs défendues par la CGT.Elle agit pour une société démocratique, libérée de l’exploitation capitaliste et des autres formes d’exploitation et de domination, contre les discriminations de toutes sortes, le racisme, la xénophobie et toutes les exclusions», indiquent les statuts du syndicat’ ».

Dégât collatéral fort à propos de la manoeuvre de Libération, le Parti de Gauche, dont on apprend dans la version électronique que le délégué cégétiste est adhérent. Dont acte. Mais là où les statuts de la CGT garantissent l’engagement sans faille de la centrale ouvrière contre « le racisme, la xénophobie et toute les exclusions », le Parti de Gauche n’en a pas été moins clair depuis sa création sur la lutte qu’il a engagé contre toutes les formes de discriminations. Et en la matière, son expression sur le fond pour demander l’interdiction des spectacles de la tournée de Dieudonné aux propos notoirement antisémites fut de la plus grande clarté. Voilà à quoi conduit l’attitude lamentable de Libération : renverser les polarités et demander aux plus fiers défenseurs de l’universalisme républicain de se justifier devant les coups de boutoir de la bien-pensance calculée.

Car le calcul mesquin pourrait bien être là.  Certains irresponsables seraient à ce point hypnotisés par le feu qui couve qu’ils l’attiseraient encore un peu plus. Plus graves encore seraient les projections d’apothicaires de ceux qui, constatant le reflux Le Peniste à quelques semaines des municipales, craindraient que les listes gouvernementales soient en danger face à une droite finalement moins divisée que prévu.

Mais de tout cela il ne saurait question. Libération est un journal sérieux et indépendant. Gare aux observateurs qui pourraient en douter.

Un commentaire sur “Mais à quoi joue Libération ?

  1. Tout le monde sait que Libé est à la solde du gouvernement, donc de la à dire qu’ils cherchent la merde pour mieux diviser et faire pendant ce temps là ça leur laisse la route libre pour leur magouille, il y a pas être visionnaire pour le comprendre et pendant ce temps, ils continuent à ruiner un pays et sa population, c’est pas plus compliqué la politique aujourd’hui

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s