Le baiser de la mort de Carvounas au PCF 94

CarvounasMardi soir, après moult péripéties, la section du PCF d’Alfortville a voté à 74 % son ralliement aux municipales à Luc Carvounas, sénateur-maire PS d’Alfortville, secrétaire national aux relations extérieures du PS, et porte-flingue de Manuel Valls. C’est une déception, parce que les militants locaux du PCF ont longtemps refusé de se mettre dans le gant de velours qui déjà les étrangle. C’est une déception car c’est de fait un signal envoyé par la fédération du PCF 94 et son ralliement à la ligne Pierre Laurent. C’est une déception car il est toujours difficile de voir des camarades de lutte être humiliés par Luc Carvounas dans ses premiers commentaires de cette décision.

Luc Carvounas n’aura en effet pas attendu pour faire boire le calice jusqu’à la lie à ses nouveaux partenaires communistes. Parlant de lui à la troisième personne, comme un monarque qui a mis au pas ses sujets, Luc Carvounas a ainsi déclaré : « Que les communistes acceptent de soutenir le maire sortant, un proche de Manuel Valls, c’est un symbole ». Voilà en une phrase les communistes être obligés d’avaler non seulement le soutien au gouvernement mais plus particulièrement celui à Manuel Valls. Le baiser de la mort !

Mais Luc Carvounas va plus loin. Par l’accord conclu, il propulse les communistes hors du Front de Gauche. Là où le Front de Gauche est une vision stratégique, celle de l’autonomie conquérante et de la révolution citoyenne, Luc Carvounas traduit lui ce ralliement en union de la gauche : « Je me félicite que les communistes d’Alfortville aient souhaité poursuivre l’union de la gauche. Ils ne se sont pas laissés emmener sur des questions nationales qui n’ont pas lieu d’être dans des élections municipales ». Bien sûr, Monsieur Carvounas, la hausse de la TVA, la fiscalité, la réforme des rythmes scolaires, le Grand Paris et la disparition programmée des départements de la petite couronne dont du Val-de-Marne, tout cela n’a rien à voir avec les municipales c’est évident ! Ce qui est vraiment triste, c’est que certains vous donnent quitus que les élections municipales seraient déconnectées de la politique nationale…

Le gage donné par la fédération du PCF 94 doit permettre au PS94 et au PCF94 de trouver un terrain d’entente départemental comme le livre Luc Carvounas, lequel espère que les discussions aboutiront « avant ou pendant la trêve des confiseurs ». La « trêve des confiseurs »…Ce moment de dupes où l’on fait semblant d’aimer tout ce qui nous entoure, crapauds et ragondins compris, devrait donc se traduire politiquement par le fait de gommer tous les désaccords, d’éviter toutes les conflictualités, pour s’embrasser sous le gui au nom d’un sempiternel Yalta départemental qui vise à se répartir le territoire entre les huitres et la bûche. L’implication populaire tant vantée par les uns a décidément du plomb dans l’aile et la révolution citoyenne a laissé la place au banquet des barons locaux. Voilà qui va rajouter de la confusion dans le peuple, alimenter le rejet du politique et nourrir le vote à l’extrême droite.

Qu’importe donc que Luc Carvounas ait comparé il y a quelques mois le PCF au FN ? Qu’importe qu’il ait passé son année à faire des communiqués pour essayer de dicter au PCF sa ligne de conduite ? Qu’importe qu’il soit un « proche de Manuel Valls » qui distingue les êtres humains en fonction de leur origine et de leur ethnie ? Qu’importe qu’il veuille faire main basse sur l’ensemble du département en détruisant celui-ci ? Qu’importe qu’il soit le chantre de l’austérité ? Qu’importe qu’il définisse la République sur les bases de l’autorité, de l’ordre et du respect comme le fait Nicolas Sarkozy ?

Qu’importe apparemment…Pourtant, voir aujourd’hui les camarades avec qui nous avons tant lutté dans le département pour dénoncer la contre-réforme des retraites de François Hollande, voir les amis qui se sont mobilisés contre le sordide ANI qui abat le code du travail, voir les partenaires qui refusent la hausse de la TVA prévue dès le 1er janvier… subir l’humiliation d’un Luc Carvounas qui exploite le ralliement orchestré à Alfortville  comme caution du gouvernement et soutien au ministre de l’intérieur Manuel Valls, voilà qui me met dans une triste et froide colère.  Mais après tout, on n’a jamais que ce que l’on sème…

5 commentaires sur “Le baiser de la mort de Carvounas au PCF 94

  1. content de voir qu’il y a des communistes qui restent vivants et ne baissent pas leur froc devant le PS, quitte à perdre toute crédibilité envers leurs électeurs, et alors même qu’ils embrassent aujourd’hui ce qu’ils critiquaient hier… Lamentable, en effet.

  2. maximilien R dit :

    Carvounas le plus courtisan des courtisans
    Il y a pire que le maitre c’est son valet

  3. LASIXIEMESINONRIEN dit :

    Qui est en train de boire le calice jusqu’à la lie ? Le PCF on verra. Pour l’heure c’est le FdG et notamment le PG de Mélenchon qui prend de rudes coups de ses « amis communistes » , des félons qui sont en train d’abattre le PG au grand ravissement du PS, dont la politique est de se débarrasser de la vraie gauche pour faire mine de la représenter.
    Les communistes devraient avoir honte, car enfin c’est bien la base qui vote , et qu’on arrête de nous dire qu’ils sont tous pieds et poings liés. On se croirait à l’assemblée nationale avec les députés « contestataires » du PS ! Finalement ils vont bien ensemble…
    Assez ! il est plus que temps que tout le monde assume ses actes pour en finir une fois pour toutes avec cette confusion.
    Le PCF doit quitter le FdG, et tout de suite. Ou alors que Mélenchon et Ensemble quittent le FDG pour créer un nouveau parti . A force d’avaler des couleuvres, et faire mine que la ralliement du PC au PS aux municipales ne sera qu’un acte isolé, le PG va se retrouver par terre. Et surtout qu’on ne compte pas sur Larrouturou comme partenaire politique, il va davantage encore faire baisser le score du FdG et il soutient Hollande !
    Il faut savoir se couper un bras pour sauver le corps !

  4. LASIXIEMESINONRIEN dit :

    J’ai vu ce matin sur un marché du 13°, des communistes avec un tract 4 pages en A4 dont le titre en gros était  » Ensemble » ! De qui se moquent-ils ? C’est une honte ! Après s’être approprié le logo du FdG , voila maintenant qu’ils continuent dans la confusion en se présentant comme « Ensemble » avec le PS ! Et qu’en pensent nos amis d’ENSEMBLE ?
    Il est urgent que ce cirque cesse. Commençons l’année 2014 par des décisions sans ambiguïté : virer le PCF !

  5. marc dit :

    Étonnant papier. Je m’interroge. Pourquoi produire pour la nième fois une argumentation caricaturale et ainsi cristalliser chez les moins informés une méfiance « anti-communiste » nouvelle que je croyais disparue ou réservée à ce qui reste du NPA et quelques autres? Pour construire? Pour remobiliser des électeurs justement hésitants et perplexes, des militants embarrassés? Par opportunisme électoral? Ce sont finalement les raccourcis et les silences qui posent problème. Silences à propos de l’histoire,d’abord, puis de la démocratie interne aux partis. Je me limiterai à deux. 1/ Quand le PG n’existait pas encore, que nombre de ses dirigeants d’aujourd’hui étaient adhérents au PS, les communistes,avec d’autres parfois, ont « administré » de nombreux villages et de nombreuses villes. Outre le fait qu’il ne s’agissait pas de « strapontins »,(si souvent employé dans vos textes), ils ont fait avancer comme ils ont pu nombre de décisions progressistes, avancées, politiques, concrètes qui ont, par la suite, servi d’exemple à ceux qui veulent construire une autre société, plus juste, solidaire et heureuse. Cela passe par le rôle des femmes, par l’habitat social, par la culture (maisons des jeunes et bibliothèques), par le droit aux vacances et aux activités d’éveil pour tous, par une attention particulière portée à l’enfance et à la pauvreté.Je vais vite. Je ne peux m’empêcher d’en retirer une certaine fierté. Tout n’a pas été parfait, mais ces quelques éléments historiques, je le crois, devraient être portés à la connaissance de vos adhérents et sympathisants pour prendre un peu de hauteur sur les péripéties, sur les événements et sur les désaccords d’aujourd’hui. Vous êtes militants de l’éducation populaire, sans aucun doute dans mon esprit. Entendre de jeunes militants du PG, chez moi, réduire les élus communistes à « des ambitieux, des suivistes, des inféodés au PS, des traîtres aux combats communs que nous menons, mêlant méconnaissance de la réalité à une vraie volonté bien compréhensible de « pureté » idéologique me rend triste, tout simplement, Nouveaux nés,sans passé, sans histoire, dans le combat nécessaire et sain pour la transformation sociale. Vous conviendrez avec moi que la caricature et l’invective produiront certainement des effets, parmi nous, que nul ne peut mesurer aujourd’hui. 2/ La question de démocratie et d’ingérence est aussi posée. Quel commentaire puis-je faire à ce que vous avez écrit: « la section du PCF d’Alfortville a voté à 74% son ralliement aux municipales » et quelques mots après: « C’est une déception, parce que les militants du PCF ont longtemps refusé… ». Je vous laisse juge, mais le lecteur attentif que je suis s’interroge encore. Je passe vite sur la coquinerie sémantique qui apparaît partout, l’emploi dans ce texte du mot « ralliement » (on trouve dans d’autres textes « aller derrière », »servir la soupe » et j’en passe qui sont méprisants, ce qui n’est jamais bon entre nous, et mensongers, au fond). Les communistes n’ont pas voté à 74% le « ralliement ». Ils ont voté autre chose. Ils sont en droit de se sentir insultés. Depuis quelques mois maintenant (fête de l’humanité à laquelle vous êtes amicalement invités), cette entreprise de dénigrement et d’ingérence fleurit, parfois avec talent, parfois de façon très médiocre et destructrice. J’en ai quelques exemples. Vos lecteurs auront remarqué notre (je parle du PC) discrétion par rapport à vos comportements internes. L’histoire de votre mouvement vous appartient. Pour conclure sur la question de la démocratie, outre le fait que les militants PC ne sont pas au garde à vous devant quiconque, ils sont acteurs et actifs dans leur parti, discutent, réfléchissent et votent en toute conscience. Ils ont leur congrès,leurs assemblées statutaires régulières et exceptionnelles et passent beaucoup de leur temps pour décider collectivement de leur politique, de leurs stratégies. Dans le cas précis de ces municipales, c’est ce qui s’est passé.Une orientation générale validée en congrès, et le nécessaire examen des situations locales. L’apparente contradiction des décisions prises, que vous vous plaisez à mettre en avant sans analyse ( « bons communistes à Marseille », »mauvais communistes à Paris ») n’en est pas une, pour peu que l’on examine de près les débats qui s’y sont tenus et l’appréciation qui a été portée sur la situation locale. Mais çà…C’est autre chose.
    Pour terminer, vos lecteurs apprécieraient, j’en suis certain, de connaître les interventions des députés FDG et leurs votes depuis 2 ans et demi (pourquoi le minimiser), apprécieraient de vérifier au travers des déclarations ou de la lecture de l’huma qu’il n’y a pas de retournement « idéologique » du PCF et que la lutte commune que nous menons déjà et que nous mènerons aux Européennes sera solide, claire et offensive, sans compromis ni reculades. Vous savez cela. Ecrivez-le dans l’intérêt de tous, du mouvement populaire en général et du FDG en particulier.

    Michel Marc.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s