Appel de l’AGAUREPS-Prométhée pour la marche citoyenne du 5 mai

Agaureps-ProméthéeLe pouvoir se délite. L’accélération est aujourd’hui manifeste. Plus un seul des anciens cadres ne résiste. Les places fortes de l’oligarchie vacillent les unes après les autres. Le consentement à l’autorité qui repose sur la légitimité conscientisée du pouvoir s’étiole. L’affaire Cahuzac n’est que le halo projeté sur un système qui régurgite tout ce qu’il ne peut faire avaler au peuple.

L’affaissement de l’imaginaire collectif qui assoit les cénacles qui ont préempté le pouvoir ouvre un chemin. Les débats de fonds ont l’occasion d’être enfin posés. Pour cela, il ne s’agit pas de continuer comme avant en se contentant de quelques rustines dérisoires. Ce n’est pas d’un simple remaniement ministériel dont la France a besoin. Pas plus que d’une cosmétique déclaration de patrimoine vouée à une stérilité certaine. Ni même d’un référendum sur une improbable moralisation de la vie politique. Il n’est pas question de morale mais de vertu républicaine, celle-là même qui se définit par la passion de l’intérêt général et qui crée les conditions de son expression.

C’est donc de système politique qu’il faut changer ! La V° République est un régime à bout de souffle. Par son inertie et son fonctionnement, elle constitue l’un des aspects majeurs de la crise. Il ne peut y avoir de véritable retour en tous domaines de l’intérêt général sans changement du cadre institutionnel, sans élargissement de la pensée, sans inclure en son sein la revendication démocratique qui s’exprime en chaque lieu de la société.

L’AGAUREPS-Prométhée, forte de son engagement depuis 10 ans pour une 6° République, appelle à la grande marche citoyenne pour la 6° République qui aura lieu à Paris le 5 mai prochain. Elle entend contribuer pleinement au succès de cette initiative proposée par Jean-Luc Mélenchon et le Front de Gauche et qui s’élargit de jour en jour.

L’AGAUREPS-Prométhée attire l’attention sur la dimension symbolique particulièrement forte que cette date du 5 mai revêt. Le 5 mai 2012, le vote des Français s’était traduit par la défaite sans appel de Nicolas Sarkozy et de sa politique de classe et de caste. L’espoir d’un changement radical devenait alors possible. Le 5 mai 1789, s’ouvrait la réunion des Etats Généraux qui lançait le début de la Révolution française, prélude au grand chamboulement dont nous sommes collectivement les héritiers redevables.

Cet appel à une marche pour la 6° République constitue une étape décisive dans le processus de révolution citoyenne que nous appelons de nos vœux. Révolutionnaire, car l’urgence ordonne d’en finir avec cet « Ancien Régime du début du XXI° siècle » agonisant pour promouvoir une 6° République, condition sine qua non à l’accomplissement de la République sociale pour laquelle l’AGAUREPS-Prométhée milite. Citoyenne, car cela ne se fera pas sans l’implication populaire qui redonnera toute leur souveraineté aux citoyens de notre pays.

Les travaux de l’AGAUREPS-Prométhée sur le sujet s’étaient traduits en Actes après le séminaire organisé en mai 2010 et intitulé « Quels citoyens pour une VI° République ? » (http://agaurepspromethee.wordpress.com/2013/02/01/lettre-du-mois-de-lagaureps-promethee-n-96-fevrier-2013/ ). La conclusion livrée à l’époque ne saurait se démentir :

« La rénovation institutionnelle doit s’inscrire dans l’accomplissement de la République sociale. La tyrannie de la seule politique possible dont les libéraux nous rebattent les oreilles […] a profondément alimenté la crise politique que nous constatons aujourd’hui. L’éloignement de nombreux citoyens de l’implication politique s’explique par le sentiment que rien ne peut changer. Il est nécessaire de réinsuffler des enjeux idéologiques et politiques à l’exercice du pouvoir : ce n’est pas leur présence qui rebute les citoyens de s’intéresser à la chose publique, mais leur dilution dans le concept de gouvernance qui les spolie de leur part de souveraineté dont ils sont dépositaires. De manière identique la question du partage des richesses n’est pas neutre : elle préempte certains comportements dans l’accès au pouvoir et de son exercice (ou de son non exercice…). […]

Nous pourrions adapter à la situation la célèbre apostrophe de Léon Bourgeois adressée à ceux qui s’étaient finalement résignés à se rallier au tournant des XIX° et XX° siècles à la III° République, faute d’alternative immédiate crédible : « Vous acceptez la République ? Fort bien ! Mais acceptez-vous le bilan de la Révolution ? ». Il s’agirait alors de demander pareillement à ceux qui militent pour une nouvelle République : « Vous convenez de la nécessité d’une VI° République ? Fort bien. Mais acceptez-vous qu’elle serve de levier au vaste projet de transformation sociale et d’émancipation tant individuelle que collective ? ». C’est en cela que réside l’ambition portée par l’AGAUREPS-Prométhée et qui en constitue sa boussole ».

Le 5 mai 2013, à Paris, c’est une marée citoyenne que nous appelons de nos vœux pour exiger une 6° République et sortir de la crise systémique de régime. L’AGAUREPS-Prométhée y prendra toute sa part. Le 5 mai prochain, nous serons tous des sans-culottes ! Marchons tous à Paris.

Perpignan, le 16 avril 2013

L’AGAUREPS-Prométhée est l’Association pour la Gauche Républicaine et Sociale-Prométhée à retrouver ici.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s