A Solférino, c’est tapis rouge pour le MEDEF

Medef 2Avant d’être finalement reçus au siège du Parti socialiste mercredi 23 janvier, et après que la troupe eut été envoyée par le gouvernement pour les déloger, les salariés d’Arcelor-Mittal de Florange s’étaient enchaînés à la grille de Matignon pour essayer d’obtenir l’audience que leur refusaient les roitelets du château. La transition vers les dépendances s’opère par contre bien plus en douceur pour le Medef. Cajolés par le gouvernement lors de la négociation sur l’emploi qui s’est faite sur le dos des salariés, Laurence Parisot et le Medef ont vu le Parti Socialiste leur dérouler le tapis rouge le 28 janvier.

La Présidente du Medef a en effet été reçue rue de Solférino par Harlem Désir qui mettait ainsi ses pas dans ceux de…François Hollande qui avait en son temps lui aussi fait courbette devant le baron Seillère. Les roucoulades s’étaient prolongées dès l’été quand les ministres socialistes avaient défilé à l’Université d’été du Medef pour y chanter la sérénade. François Hollande n’avait pas été en reste en dînant aux chandelles avec l’AFEP (Association Française des entreprises privées) le 18 décembre dernier (lire ici).

Ce nouvel épisode pourrait n’être qu’un symbole de plus (certes de fort mauvais goût), si l’objet de la discussion n’avait pas été la transcription dans la loi de l’accord sur l’emploi déposé par le gouvernement sur un plateau estampillé Medef afin d’y rallier des syndicats minoritaires. Laurence Parisot était donc venue armée de Patrick Bernasconi, négociateur du dit accord, qui venait assurer le service après-vente et vérifier l’allégeance des dirigeants socialistes à son projet.

Le Medef savait déjà pouvoir compter sur le Président de la République qui a demandé au gouvernement de présenter un projet de loi qui transcrive « fidèlement » l’accord minoritaire. L’objet de la rencontre était cette fois pour la patronne du Medef de s’assurer que le Parti Socialiste mettra au pas ses députés lors du vote au Parlement au printemps prochain et que le parti lui-même rentrera dans le rang. Aussitôt dit, aussitôt fait. Le 29 janvier sur France-Info, Bruno le Roux, président du groupe socialiste à l’assemblée, mettait ainsi le pistolet sur la tempe de ses propres députés les enjoignant de voter au pas et en cadence les différents textes. Le Medef sait mieux que quiconque qu’il dispose là d’une opportunité historique de faire valider son programme. Il veut donc s’assurer qu’il n’y aura aucun caillou socialiste dans la chaussure, comme ces parlementaires PS qui ont osé faire savoir qu’ils trouvaient ce texte « déséquilibré » en faveur du patronat et donc « pas acceptable ». Pas de problème, le PS s’est mis tout nu en gage de bonne foi, ce qu’atteste la présidente du Medef : « On a eu des garanties mais on est très vigilant« . Dans le même temps, le travail avec le cabinet de Michel Sapin a déjà commencé…

Les sommations du Medef vont jusqu’à définir les interlocuteurs. Les syndicats de lutte non-signataires (CGT et FO) qui représentent pourtant la moitié des salariés de notre pays subissent ainsi le courroux de la nouvelle éminence bleue du gouvernement qui, considérant qu’ils ont été  » trés peu contributifs » lors de la négociation, refuse de les voir associés à la phase suivante de discussion.

Si le Medef est ainsi conforté dans son entreprise de démolition du pacte républicain et social, c’est qu’il sait avoir affaire à des tigres de papier. A Harlem Désir qui évoquait discrètement, dans ce que tout autre que lui aurait pris pour un doux euphémisme, les « rémunérations indécentes » des patrons du CAC 40, Laurence Parisot a répliqué par le constat que chacun peut faire : « Le PS s’est offusqué, mais il ne fait aucune proposition ». De fait, au Parti socialiste, c’est encore le temps du verbe mais jamais celui de l’action. Le tapis rouge a décidément remplacé le chiffon rouge.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s